Accusé de favoriser les adversaires du Maroc, Infantino répond 

Le président de la FIFA a souvent été accusé de favoriser le dossier nord-américain pour le Mondial 2026. Il a répondu à ces attaques.

D’abord, le fait d’avoir mis en place une « Task Force » pour contrôler les pays candidats a été très critiqué. « La Task Force est un retour en arrière », avait dénoncé Ahmad Ahmad, président de la Confédération africaine de football. Et d’ajouter: « On n’a jamais vu une instance pareille », capable d’éliminer un candidat avant même le vote. Le président de la fédération Fouzi Lakjaa, lui aussi, avait envoyé une lettre à Infantino pour défendre les intérêts du Maroc. Revenant sur la polémique concernant la Task Force, le président de la FIFA a déclaré que « notre travail est de faire en sorte que le processus de candidature soit correct. C’est ce que nous avons fait ».

Dans un entretien accordé à Le Figaro, l’Italo-Suisse pense que le rapport de la Task Force a été transparent et peut « servir d’exemple à beaucoup de sports dans le monde. Nous avons tenu compte de toutes les recommandations du rapport Garcia (une enquête sur les attributions des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar) ». Infantino persiste et signe: « la réalité montre que le processus a été très clair depuis le début… Il faut que l’on soit sûr que la compétition puisse réellement se tenir dans un pays… Si nous ne le faisions pas, chacun pourrait présenter sa candidature devant le Congrès. Nous pourrions avoir en course des pays comme Andorre ou le Liechtenstein. Nous avions besoin d’un rapport réalisé par des professionnels qui disent si oui ou non, une candidature est éligible… Après, quand la campagne démarre, il est de bonne guerre de défendre ses positions ».

Qu’a voulu dire le président en lâchant cette dernière phrase? Qu’il défend les positions des adversaires du Maroc? « Lisez le rapport et décidez en fonction de ce que vous pensez bon pour le football et son développement », lance-t-il. Quand on sait que le rapport de la Task Force a donné de meilleures notes à United 2026 et a classé dans le rouge certains points de la candidature du Royaume, on voit très bien où Infantino veut en venir.

Revenant par la suite sur les menaces de Trump envers les pays qui soutiennent la candidature marocaine, Gianni Infantino n’a rien dénoncé. Il dit espérer que les fédérations nationales vont analyser le rapport et décider en fonction de ce qu’elles estiment bon pour le football. « Évidemment certains utilisent le football pour d’autres intérêts, y compris politiques. Mais cela fait partie de la vie, de la manière dont fonctionne le monde. On doit vivre avec la récupération du football, même si je ne suis pas d’accord », tempère-t-il.

Rappelons que la FIFA a rejeté la demande du Maroc d’exclure du vote les fédérations de quatre territoires non incorporés appartenant aux Etats-Unis (les Samoa américaines, Guam, Porto-Rico et les Iles vierges). Aussi, la FIFA vient d’officialiser la levée de suspension sur la fédération du Guatemala. Ce qui offre directement une voix à United 2026. Et ça, Infantino n’en a pas parlé.

Hicham Bennani


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page