Accusé de corruption, un magistrat de la Cour suprême écroué à la prison de Salé

Le procureur général de la Cour de cassation de Rabat, a mis en examen un juge de cette même institution qui a été accusé de corruption et ordonné son incarcération.

Cette procédure inusitée dans le milieu judiciaire, quand il s’agit d’un magistrat, a été appliquée du fait que l’accusé ne jouit plus de son statut privilégié, qui le rendait exempt de poursuites devant une juridiction nationale.

En effet, les magistrats sont présentés devant le Haut conseil de la magistrature, seule institution habilitée à juger les magistrats. Or, le mandat du juge avait expiré, après qu’il a atteint l’âge de la retraite et sa mission a été prorogée.

Il est poursuivi dans l’affaire de corruption sur la somme de 500 mille dirhams, qu’il avait demandée à un justiciable pour juger en sa faveur dans un litige l’opposant à d’autres personnes. Après avoir désespéré de voir son dossier traité en toute justice et face à la demande du juge de lui verser la somme indiquée, il a envoyé une requête au ministre de la justice qui a mis à bras le corps cette affaire. Ordre a été donné par le parquet pour perquisitionner le domicile du juge. Les enquêteurs devaient justement y trouver les liasses d’argent correspondant à la somme et aux numéros de série, préalablement relevés par la police.

Le juge a d’abord, nié tout en bloc, arguant que la somme provenait des arrhes se rapportant à le vente d’un bien de sa fille à Marrakech. Une version qui n’a pas convaincu le parquet, qui l’a finalement inculpé et incarcéré.

E.F.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page