Absente de la marche de Casablanca, Al Adl Wal Ihsane sort de son silence

Dimanche, une grande marche en soutien aux détenus du Hirak a eu lieu à Casablanca. L’absence du mouvement Al Adl Wal Ihsane de la manifestation a suscité plusieurs interrogations, voire des critiques.

Face aux reproches, la « jamaâ » n’a pas tardé à sortir de son silence. Omar Iherchane, membre du cercle polique d’Al Adl Wal Ihsane, a fustigé les organisateurs de la marche, issus de plusieurs formations politiques de gauche, soulignant que ceux-ci « veulent une marche idéologique unicolore qui ne représente pas la diversité de la société marocaine ».

Dénonçant une initiative qui « divise les sympathisants du Hirak », l' »adliste » explique que c’est la raison pour laquelle le mouvement s’est abstenu d’y participer, contrairement à la marche de l’année dernière.

Par ailleurs, un dirigeant d’Al Adl Wal Ihsane a confié à Le Site Info que ce sont les dirigeants du mouvement qui ont pris cette décision, afin de servir la cause des détenus du Hirak.

“La position de l’organisation a toujours été claire sur le Hirak, et ce depuis la tragédie de Mohsine Fikri qui a précédé les arrestations arbitraires et les condamnations injustes. Tous ses membres pouvaient évidemment prendre part à cette marche mais à titre personnel”, a-t-il expliqué.

Et d’ajouter que la mobilisation d’Al Adl pour la marche de Casablanca aurait offert l’occasion aux autorités d’intervenir pour disperser les manifestants ou pour l’interdire. “On allait par la suite dire que la marche a été organisée pour servir les intérêts d’Al Adl Wal Ihssane au lieu de défendre les détenus du Hirak. L’organisation a ainsi décidé de ne pas prendre part à cette marche afin d’éviter ce genre d’interprétations”, a tranché le dirigeant.

Rappelons qu’une grande marche en soutien aux détenus du Hirak a eu lieu ce dimanche 8 juillet à Casablanca.

Les participants à cette manifestation, à l’appel notamment de partis politiques, ont dénoncé les “lourdes” peines infligées à Nasser Zefzafi et ses compagnons et appelé à la libération de tous les détenus pour “l’inauguration d’une nouvelle ère de réconciliation avec le Rif”.

Pour rappel, des peines allant jusqu’à 20 ans de prison ferme ont été prononcées, mardi 26 juin, par la Chambre criminelle de la Cour d’Appel de Casablanca à l’encontre des accusés dans les événements d’Al-Hoceïma.

Lire aussi: Pourquoi Al Adl Wal Ihsane n’a pas participé à la marche de Casablanca?

Mohamed Assaouar

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page