Abattage des chiens errants: un président de commune persiste et signe

Les amis des animaux ont beau crier au scandale, les abattages de chiens errants continuent de plus belle! Et tous les moyens sont utilisés pour les tuer.

Par balles, plusieurs fois à Dar Bouazza, aux environs de Casablanca, à maintes reprises, ou par empoisonnements, du côté de Témara, pour des chiens que trois bienfaitrices nourrissaient, soignaient au quotidien et s’occupaient des chiots en attendant de leur trouver des maîtres.

Malgré les protestations des uns et des autres, rien n’y fait et le massacre continue, sous prétexte que ces animaux constituent un réel danger. Et le président de la commune rurale de Louta, province d’Al-Hoceïma, via sa page officielle Facebook, a proclamé que l’abattage des chiens errants est indispensable. « Cela exige l’intervention ferme de toutes les parties prenantes en vue de la protection des enfants, des personnes âgées et de l’état de santé de tous », estime El Mekki Hannoudi.

« Il est bien vrai que le législateur a suggéré le ramassage des animaux errants et a interdit leur abattage. Et j’invite les sociétés protectrices des animaux et les amis des bêtes à concevoir une stratégie claire, en collaboration avec les autorités compétentes, qui puisse protéger ces animaux et, en même temps, garantisse la sécurité et la quiétude des familles », suggère-t-il.

Et le président de la commune rurale de Louta, qui n’en est pas à sa première sortie hasardeuse et polémique, demande aux parties concernées par la protection des chiens errants de procéder au ramassage de ces derniers et de les stériliser. Et ce, a osé ironiser Hannoudi: « Au lieu de se contenter de se lamenter et de pleurer comme une madeleine (« attabaki al farikh », selon son expression humiliante) sur le sort de ces bêtes! ».

Dans le cas contraire, menace le responsable communal, « nous continuerons à abattre les animaux dont la rage et le danger sont avérés! ».
Si « On achève bien les chevaux », titre du célèbre film américain, à Louta et ailleurs au Maroc, on abat bien les chiens, sans remords aucun, ni état d’âme!

Larbi Alaoui (avec Rim Tbiba)

Articles similaires

Suggestions d’articles