Vingt-cinq ans après le décès de leur père, des héritiers découvrent ses comptes bancaires

Les héritiers d’un grand entrepreneur de la région d’Agadir ont récemment découverts des mouvements bancaires dans des comptes ouverts par leur père et dont ils ignoraient l’existence. En effet, de son vivant et alors qu’il était très malade, le défunt avait confié la gestion de quelques biens et de quelques comptes à deux de ses frères cadets. Ces derniers n’en ont jamais informé ni les héritiers ni le notaire qui était chargé de rédiger l’acte d’héritage en 1993, soit trois ans après son décès.

Le défunt, qui possédait plusieurs hôtels, des entreprises, des biens immobiliers et des commerces, disposait de pas moins de treize comptes dans différentes banques.

Ses frères continuaient à gérer ses comptes et à disposer de sa fortune,  jusqu’au jour où l’un des héritiers a été informé de l’existence de mouvements dans l’un des comptes d’où ont été retirés pas moins de 50 millions de dirhams entre 2001 et 2013.

C’est alors, que les héritiers ont déposé plainte contre leurs oncles qui avaient tout entrepris pour changer les signatures auprès des agences bancaires. Mais devant le refus des banquiers, ils ont réussi à imiter la signature du défunt et à continuer ainsi à puiser dans les fonds.

L’expert judiciaire, chargé par la parquet à présenter son rapport, a relevé toutes les anomalies se rapportant aux transactions effectuées au nom du défunt en utilisant des documents et des chèques falsifiés, dont un contrat de location d’un immeuble pour la gendarmerie qui n’a été abrogé qu’en 2003, soit quatorze ans après le décès de l’entrepreneur

 

Soufiane Laraki


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page