Vidéo: le père de l’enfant torturé à Tit Mellil témoigne

Malheureusement, notre époque est devenue aujourd’hui le reflet d’un trop grand nombre de situations dramatiques. La plupart du temps, les séparations de couple se font dans la haine, la vengeance, la violence, l’humiliation, enfin, tous ces ressentiments vilement méprisables. Souvent cela mène à un point de non-retour avec comme bras armé les enfants, premières victimes de ces drames. C’est connu, quand les parents entre-déchirent, ce sont les enfants qui en pâtissent!

Une vidéo montrant une mère de Tit Melil qui assénait de violents coups de bâton à son fils vêtu d’un simple caleçon, pour obliger le père à la répudier, avait indigné des réseaux sociaux. L’enfant, en pleurs, suppliait son père d’accorder le divorce à sa mère.

Dans ce contexte tragiquement conflictuel et qui ne prête à aucune indifférence, la suite effective de cette triste histoire toute d’excès, que, Le Site info avait relatée, est ce témoignage du père à travers cette vidéo que l’on vous présente.

Il a assuré que son épouse torturait l’enfant de six ans et lui exigeait, malgré son jeune âge, de lui faire des courses et de lui acheter ses cigarettes. «Elle le tabassait, le maltraitait. Elle souffre certainement de troubles mentaux parce qu’aucune mère n’est capable d’infliger ce genre de sévices à son fils», a-t-il souligné, précisant que cette vidéo lui a enfin permis de récupérer son enfant et de le sauver de cette femme.

Le père a également ajouté qu’il subvenait aux besoins de sa femme et de son fils, confiant que son comportement l’a poussé à quitter le domicile conjugal. «Quelques jours après mon départ, elle m’a envoyé cette vidéo. J’ai immédiatement déposé plainte auprès des autorités et je leurs ai montré l’extrait qu’elle a filmé et diffusé sur les réseaux sociaux», a-t-il affirmé. La mise en cause a ainsi été interpellée.

M.J.K

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Hirak: le CNDH rend son verdict sur les accusations de torture

Aucune trace de torture n'a été constatée sur les détenus dans le cadre des événements d'Al-Hoceima transférés de la prison Ras Al Ma vers d'autres établissements pénitentiaires, a assuré mercredi le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) au terme de visites sur place.