Fraudes dans la pêche en haute mer au Maroc

Une commission spéciale a été mise sur pied pour passer au crible les cas d’un certain nombre de bénéficiaires d’autorisation de pêche en haute mer.

Par le passé, cette commission avait déjà remis un rapport détaillé avec les noms des bénéficiaires ayant commis de multiples violations et infractions. Les autorisations avaient été qualifiées de partie prenante dans l’économie de rente. Cette situation avait poussé les autorités à retirer les permis controversés détenus par de hauts responsables, enfants de ministres disparus et hauts gradés dans l’armée, rapporte Al Massae.

Citant ses propres sources, le quotidien précise que la commission d’enquête a relevé une mauvaise gestion dans des projets du secteur de la pêche maritime et un grand nombre d’infractions commises par les bénéficiaires. Il est reproché à ce secteur de ne pas s’être intégré dans la stratégie du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime.

Tout permis de pêche doit être impérativement lié à un projet et accordé à des navires sur la base d’un cahier de charges, et non pas à des personnes. Or, l’enquête a révélé que la plupart des permis ont été loués à des sociétés ne respectant pas les cahiers de charges.

Al Massae s’attend à ce que le retrait des permis touche de hauts responsables ainsi que des généraux, dans la mesure où il est avéré que ces navires de pêche en haute mer ne respectent pas les zones, surveillées par satellite, qui leur ont été réservées.

La commission a relevé d’autres infractions touchant la main-d’œuvre. Il arrive qu’un navire emploie à son bord plus de 40 personnes.

Le quotidien n’avance aucun chiffre quant au nombre des bénéficiaires qui se sont vus « débarquer » des hautes mer pour se retrouver au creux de la vague.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page