Vers une taxation des retraits d’espèces au Maroc?

Mickael Naciri, patron du CMI (Centre monétaire interbancaire), a déclaré qu’il « faut taxer les retraits d’espèces pour développer le paiement par carte ».

Dans un entretien accordé à La Vie éco, il affirme que seulement 2,5 millions de cartes bancaires sur un total de 14 millions sont utilisées régulièrement pour le paiement. L’ambition du CMI est « de continuer sur des progressions annuelles de 20% pour le paiement par carte.

Pour argumenter, Naciri explique que le fait de taxer les retraits d’espèces est appliqué dans d’autres pays. Par exemple, lorsque vous êtes en France ou dans un autre pays de la zone euro, vos retraits dans un guichet automatique sont facturés à 1 euro, par une très large majorité des banques.

Cependant, « la réalité est là, si vous voulez effectuer vos paiements par carte au Maroc, sachez que seuls 40.000 commerçants sont équipés de TPE et seulement 26.000 sont actifs », précise Naciri. Alors qu’en France par exemple, il y avait environ 1,6 millions de TPE (terminaux de paiement électronique) et ça en 2014. « L’idée de taxer les retraits par carte au Maroc serait très mal accueilli et n’est pas à l’ordre du jour », nous confie une source bancaire haut placée. « On ne peut pas comparer la France et le Maroc, nous avons encore du retard et des habitudes de paiement en espèce », ajoute notre source.

Outre le développement des paiements par TPE, le CMI veut aussi conquérir le e-marché, grâce entre autres aux cartes prépayées. La carte du CMI « est de plus en plus utilisée en paiement et sur internet. Nous avons une ambition très forte pour cet instrument dans le sens où les nouvelles cartes CMI permettront prochainement le paiement sans contact et seront acceptées à l’étranger », précise Mickael Naciri.

Un autre point est soulevé dans cette interview, c’est le mobile payment, dont le « démarrage est imminent ». Il vise les petits commerces, entre autres, et « permettra d’atteindre une population non bancarisée qui pourra avoir un wallet sur téléphone, payer ses factures chez le commerçant ou encore envoyer de l’argent sur un autre téléphone ».

A ce jour, il existe « un parc de plus de 40000 terminaux sur le terrain, qui pourront accepter ces paiements aussi bien en NFC (communication en champ proche) qu’en QR Code (code barres) », précise le directeur du CMI.

F.R.


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page