Rabat: Tout savoir sur le plus grand pont à haubans d’Afrique

Main-d’œuvre, expertises, caractéristiques, trafic…tout savoir sur le nouveau pont à Haubans de Rabat.
Le pont « Mohammed VI » suspendu au-dessus de la vallée Bouregreg faisant partie intégrante du projet de l’autoroute de contournement de Rabat et étant le plus grand d’Afrique, constitue, inéluctablement, une icône architecturale unique en son genre conçue conformément aux standards techniques mondiaux et à une approche écologique qui cadre parfaitement avec les politiques internationales en la matière.
En effet, tout au long de cette route de contournement, il a procédé à l’implantation de quelque 800 mille chênes-lièges et l’aménagement d’un bassin destiné à nettoyer les huiles cumulées sur le goudron, ainsi que la reconstruction d’une école avec des caractéristiques modernes.

Outre ses normes techniques, ce pont à haubans a été bâti et édifié grâce aux efforts et au savoir-faire de potentialités humaines et à une main-d’œuvre spécialisée marocaines et d’expertises internationales, d’autant qu’il représente une passerelle incontournable de communication et d’interaction entre les deux rives du fleuve Bouregreg.

Lire aussi: Officiel: Le pont à haubans « Mohammed VI » de Rabat est ouvert (vidéo)

Premier du genre au Maroc, ce chef-d’œuvre est d’une longueur de 950 mètres avec deux pylônes en béton atteignant 200 m de hauteur inspirés de formes issues de l’architecture islamique marocaine, et un tablier portant trois voies dans chaque sens, supporté par 2 fois 20 paires de haubans (câbles) espacés de 8 m.

Ce pont haubanais, qui fait partie du projet de construction de l’autoroute de contournement de Rabat, a une longueur de 42 km. Cet ouvrage s’inscrit dans le cadre du contrat-programme entre l’État marocain et l’ADM (Autoroutes du Maroc) au titre de la période 2008-2015.

Cet édifice procure également plusieurs avantages en termes d’esthétique, de prouesses techniques et de respect de l’environnement, tout en offrant un niveau élevé de sécurité aux usager.

Le trafic sur ce viaduc, dont le coût de réalisation est estimé à 700 millions de dirhams, pourrait atteindre jusqu’à 13 mille véhicules par jour, tandis que celui prévu sur l’ensemble du projet de  l’autoroute de contournement de Rabat pourrait atteindre 33 véhicules entre Sala El Jadida et Salé et 20 mille voitures sur le reste du tronçon de l’autoroute.

D’autre part, la concrétisation de ce projet s’inscrit dans un contexte particulier qui ambitionne de mettre en exergue la nouvelle autoroute de contournement de Rabat. Il s’agit, en fait, d’un projet audacieux, moderne et « respectueux » du fleuve.

Par ailleurs, plusieurs expertises ont été sollicitées pour la construction de ce pont. Ainsi, l’ADM, maître d’œuvre de ce projet, est accompagnée par le groupement chinois Covec-Mbec et assistée techniquement par l’entreprise française SETEC-TPI, ainsi que le laboratoire marocain LPEE.

(avec MAP)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page