Ramadan ne rime pas toujours avec travail (étude)

Pendant le Ramadan on travaille moins en quantité et en qualité. Ramadan est synonyme de soif, de fatigue et de conflits. Dans les entreprises, les horaires de travail sont aménagés. Ces dernières sont raccourcies et laissent place à l’horaire continu. Addvans Consulting a réalisé une étude visant à montrer l’effet du mois de Ramadan sur le monde de l’entreprise.

Jeûner c’est tout de même ne pas manger ni boire durant toute la journée de travail. Ainsi, nos aptitudes ne sont pas les mêmes. Selon l’enquête, le jeûne entraîne une baisse importante des capacités physiques pour 66.6% des salariés questionnés. Cette baisse a des répercussions sur la rapidité du travail. Près de 6 salariés sur 10 trouvent que le rythme de travail est plus lent qu’en temps normal. Une tâche qui nécessite une heure de travail se fait en 2 heures par manque de concentration.

Les changements de rythmes de vie ont également un impact sur la vigilance des salariés. Pendant le mois sacré, les gens profitent de l’après ftour pour sortir ou aller à la prière. Ainsi, ils dorment plus tard que d’habitude. De plus, les individus ont tendance à manger après minuit. Ces repas tardifs provoquent un retard dans le sommeil. Au travail, les salariés sont ne sont pas en forme. Selon L’Economiste, les salariés qui dorment moins de 6 heures se plaignent d’une diminution de la vigilance au travail.

Le jeûne est aussi synonyme de manque de nicotine et de caféine. Cette privation contribue à rendre les salariés plus nerveux. Quatre salariés sur dix se disent plus irritables durant ce mois sacré. Le fait d’être stressé et énervé se ressent aussi dans la communication entre les collègues. En effet, près de 67% des salariés observent cette diminution du dialogue. Mais paradoxalement, cela n’entraîne pas de diminution de la qualité du travail.

Le Ramadan nécessite une réorganisation des tâches quotidiennes qui n’est presque jamais faite. Le travail doit être adapté à la journée de jeûne. Ainsi, les activités qui nécessitent un effort intellectuel important doivent se faire le matin. Tandis que les tâches routinières peuvent être laissées pour l’après-midi. Une formation à l’approche du mois sacré devrait être faite pour gérer le temps de travail durant Ramadan.

Khadija El Jerrari


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page