PI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta: deux conventions signées à Rabat

Deux conventions portant sur l’aménagement, la commercialisation et la gestion, selon un modèle de partenariat public privé (PPP), des parcs industriels de Had Soualem et Sahel Lakhyayta, ont été signées, ce mardi à Rabat, par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, la directrice générale de l’Agence Millennium Challenge Account (MCA)-Morocco, Malika Laasri, un représentant du ministère de l’Economie et des finances, Abdeslam Benabbou et les représentants de la partie privée.

Conclues avec le groupement constitué de Axa Assurance, la Caisse Marocaine des Retraites (CMR), FYM Holding et IRG Partners, ces conventions de partenariat portent sur l’extension de la zone industrielle de Had Soualem (51 Ha) et le développement d’une nouvelle zone industrielle à Sahel Lakhyayta (60 Ha).

Ces deux projets, ainsi que le projet de réhabilitation et d’extension du parc industriel de Bouznika, s’inscrivent dans le cadre de la composante « Sites pilotes » relevant du programme de coopération « Compact II », conclu entre le gouvernement du Royaume du Maroc et le gouvernement des Etats-Unis, représenté par Millennium Challenge Corporation (MCC), et dont la mise en œuvre a été confiée à l’Agence MCA-Morocco.

La mise en œuvre de la composante « Sites pilotes » a pour objet l’élaboration d’un nouveau modèle de développement de parcs industriels durables et de revitalisation de zones industrielles existantes, privilégiant le PPP et la promotion de la durabilité environnementale et sociale, et son déploiement à titre pilote au niveau des trois sites industriels susmentionnés. La concrétisation de ce modèle permettra également d’optimiser l’investissement public et de bénéficier des investissements du secteur privé, ainsi que de son expertise en matière d’aménagement, de commercialisation et de gestion des zones industrielles.

En vertu du modèle de PPP adopté, la partie publique a effectué les études technico-économiques nécessaires, mobilisé un foncier assaini, réalisé les travaux de raccordement aux différents réseaux hors-sites et pris en charge la revitalisation des sites existants.

Dans ce sens, les travaux hors-sites réalisés au niveau des parcs industriels de Had Soualem et Sahel Lakhyayta portent essentiellement sur la construction d’une station d’épuration des eaux usées (STEP) pour le traitement des effluents des deux parcs industriels, la mise en place de voies d’accès en vue de faciliter l’accessibilité aux deux parcs et fluidifier la circulation des véhicules à leurs abords, ainsi que la réalisation des infrastructures hors-site de manière à répondre de façon adéquate aux besoins des industriels en termes notamment de débit d’alimentation en eau potable, de puissance électrique et de débit des rejets des eaux usées.

Quant à elle, la partie privée, moyennant un investissement de près de 42 millions de dollars, s’engage à réaliser les aménagements in-site, à assurer la commercialisation des sites à des prix attractifs, gérer les deux zones selon les hauts standards de qualité, proposer une offre de services à valeur ajoutée et respecter les normes sociales et environnementales. Tiré par la demande, les deux parcs industriels de Had Soualem et Sahel Lakhyayta devraient drainer des investissements privés industriels de l’ordre de 358 millions de dollars et générer 23.000 emplois directs.

Les trois sites industriels pilotes permettront le renforcement de l’offre de terrains industriels dans la Région Casablanca-Settat répondant aux besoins des investisseurs en termes de qualité des infrastructures, des aménagements et de standards de gestion, et contribueront ainsi à l’accroissement des investissements privés et à la création d’emplois. S’étendant sur une superficie globale de près de 136 Ha, les trois sites industriels pilotes devraient abriter à terme 500 entreprises industrielles pour un investissement total prévisionnel de 486 millions de dollars et générer 27.000 emplois directs.

La cérémonie de signature de ces conventions a été marquée par la présence de la vice-présidente adjointe principale à MCC, Kyeh Kim, de la directrice résidente de MCC au Maroc, Carrie Monahan, et des représentants des autres parties prenantes à ce projet.

Mme Kim, la plus haute responsable de MCC en charge des Compacts conclus avec des pays africains, est en visite au Maroc cette semaine pour lancer la dernière année du programme quinquennal « Compact II », doté de 460 millions de dollars.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page