Parlement: le PLF 2019 ne fait pas l’unanimité

Les groupes parlementaires ont marqué leurs divergences à propos du projet de la loi de finances (PLF 2019), la majorité ayant salué un texte « optimiste » alors que l’opposition y voit « une simple déclaration d’intentions ».

Côté majorité, le président du groupe du Rassemblement constitutionnel à la Chambre des représentants, Taoufik Kamil, a indiqué à la MAP que ce projet intervient à un moment où le Royaume est appelé à relever un ensemble de défis, notamment ceux ayant trait à la concrétisation des orientations contenues dans les discours du roi Mohammed VI.

Kamil a souligné qu’il s’agit d’un projet revêtant des dimensions sociale et économique et s’articulant autour de trois secteurs prioritaires pour le citoyen, en l’occurrence l’éducation, la santé et l’emploi. Le député s’est félicité également de la mesure visant le recouvrement de la Taxe sur la valeur ajoutée qui pèse sur bon nombre d’entreprises.

Le président du groupe socialiste à la même Chambre, Amam Chakrane, a mis en évidence les mesures prévues au volet social en ce sens qu’elles apportent des réponses aux attentes des citoyens, relevant « la portée optimiste’’ du texte de loi et de son caractère opérationnel, en allouant des budgets importants en appui au secteur social, en premier lieu l’éducation, la santé et l’emploi.

Il a indiqué à cet égard que l’examen exhaustif du PLF 2019 permettra d’élucider davantage son impact socio-économique, insistant sur le besoin « d’un discours d’espoir et de confiance dans les potentialités du Maroc pour aller de l’avant dans les réformes et valoriser les opportunités offertes dans la perspective de drainer davantage d’investissements étrangers ».

Le président du PAM, Mohamed Achrourou, a de son côté signalé que les ressources inscrites dans le projet seront recouvertes sous forme d’impôts et grâce à la révision des subventions accordées à certains établissements en vue d’en faire bénéficier les secteurs sociaux tels que l’enseignement et la santé.

La discussion de ce projet permettra de mesurer à quel point le gouvernement honorera ses engagements visant la mise en œuvre des orientations relatives aux jeunes, d’autant plus que le PLF 2019 a omis de traiter les difficultés dont pâtit cette catégorie sociale et que les chiffres avancés reste  »vagues ». Pour ce parlementaire, la révision de certaines dispositions du projets ayant trait à la formation professionnelle requiert des mesures qui s’avèrent difficiles à concrétiser dès 2019.

De son côté, Omar Abbassi, de l’Istiqlal, a déploré que le projet de loi de finances « ne réponde pas aux besoins pressants et aux contraintes majeures auxquelles fait face le pays, notamment en ce qui concerne la situation difficile dans laquelle vivent les jeunes ».

S.L. (avec MAP)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page