Othman Benjelloun répond à la lettre de la CGEM

Tout a commencé par une lettre du président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), adressée au président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM). Objectif: alerter sur les menaces encourues par les entreprises marocaines en ces temps de crise et surtout, mettre les banques face à leurs responsabilités.

“Je n’ai aucun doute sur le fait que le GPBM a bien évidemment conscience de la situation d’urgence dans laquelle sont nos entreprises nationales. Une écrasante majorité d’entre elles ont baissé drastiquement leur activité ou sont carrément à l’arrêt”, écrit Chakib Alj. “Toutefois, nous observons des écarts (…) ce qui pourrait être fatal à de très nombreuses entreprises, pourtant aptes à retrouver leur rythme de croisière après cette crise”, a indiqué le président de la CGEM dans la lettre. Alj pense qu’un “traitement au cas par cas des entreprises est en décalage avec la situation” et qu’il est “urgent de mettre en place le dispositif prévu avec la CCG à un niveau suffisant pour rétablir un sentiment de sécurité des entreprises. A défaut, nous subirons la disparition de nombreuses entreprises et de très lourdes pertes d’emplois”. La lettre dénonce aussi des “pénalités ou intérêts supplémentaires” de certaines banques, tandis que d’autres “n’accepteraient le report qu’à compter du mois d’avril”.

La réponse du berger à la bergère n’a pas tardé. Un courrier signé par Othman Benjelloun, président du GPBM et Mohamed El Kettani, vice président, montre que le message de la CGEM n’a pas du tout été apprécié par le Groupement Professionnel des Banques du Maroc. “Le contenu et le ton de votre lettre de ce jour sont pour le moins inadmissibles et vos attaques et allégations contre le secteur bancaire marocain dénués de tout fondement”, peut- on lire.

“Le secteur bancaire est indigné par ce genre de discours qui, au lieu d’unir toutes les forces vives du pays face à cette crise, tend au contraire à diviser et à semer inutilement la panique. Et nous ne céderons pas parce que nous sommes mobilisés et nous le resterons auprès de toutes les composantes de la société marocaine en prenant et en appliquant les mesures nécessaires pour le soutien des ménages et des entreprises face à la pandémie du Covid-19”, ajoute la lettre du GPBM.

Après avoir rappelé que dès le déclenchement de cette crise du Covid-19, les banques membres se sont “mobilisés avec dévouement et enthousiasme”, le GPBM  annonce qu’il finalise, “avec le Ministère des Finances, directement et à travers la CCG, les dernières modalités pour l’opérationnalisation dès lundi prochain de nos engagements pris au niveau du Comité de Veille Économique pour le report des échéances de crédits et l’octroi de crédits de fonctionnement pour les entreprises touchées par les conséquences de la pandémie”.

“Nous vous demandons officiellement de nous communiquer la liste des clients des banques qui se seraient heurtés aux problèmes soulevés dans votre lettre”, demandent enfin les signataires de la lettre.

Dans un moment aussi délicat pour le tissu économique, la question que tout le monde se pose est la suivante: est-ce vraiment le moment de déclencher une telle polémique ? “Gageons que cet incident reste derrière nous afin d’aller de l’avant et de rester solidaire. Nous ne devons pas oublier l’essentiel qui est de travailler tous mains dans la mains pour aider les entreprises à traverser cette crise”, nous déclare un économiste de la place.

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Météo: la chaleur persiste au Maroc

Les prévisions météorologiques pour la journée du mardi 2 juin 2020, établies par la Direction générale de la météorologie.