Neila Tazi prend du galon à la CGEM

Neila Tazi et Abdelkader Retnani étaient candidats respectivement à la présidence et à la vice-présidence de la Fédération des industries culturelles et créatives (FICC) de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Ils ont été élus sans surprise ce jeudi.

Il s’agit d’une nouvelle fédération sectorielle au sein de la CGEM, qui porte ainsi à 33 le nombre de fédérations affiliées à la confédération patronale.

Le binôme était candidat unique à la présidence de cette nouvelle fédération, qui regroupe les acteurs de la culture et de la création au Maroc et défend la place centrale de la culture dans tout programme et dans toute ambition de développement.

Dans leur programme, les deux candidats estiment que les Industries culturelles et créatives devrait prendre en compte 7 filières dans le secteur (dans cette première phase de naissance de la FICC). Il s’agit de l’Audiovisuel, Cinéma Spectacle Vivant, Musique, Édition et Librairie, Arts Visuels et contemporains et Établissements Culturels et Espaces Pluridisciplinaires.

Leur candidature est dotée d’une feuille de route qui s’articule autour de quatre axes à savoir “œuvrer au partenariat public-privé”, “Contribuer à structurer le secteur”, “La place des arts et de la culture dans le développement régional” et “Développement du capital humain, la formation facteur clé”.

Neila Tazi est fondatrice et présidente de A3 Groupe, spécialisé dans les domaines de la communication globale et institutionnelle, l’événementiel, les relations presse et les relations publiques.

Retnani, éditeur depuis 38 ans, dirige sa maison d’édition ”La Croisée des Chemins”. Il est président de l’Union Professionnelle des Éditeurs du Maroc depuis sa création en mars 2016.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Démissions en série à la CGEM: Mezouar sort de son silence

Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, a assuré, jeudi à Casablanca, qu'"il n'y a ni crise, ni implosion, ni malaise au sein de la confédération".