Moody’s change la perspective du Maroc de « négative » à « stable »

L’agence de notation financière américaine Moody’s vient de relever à « stable » la perspective attachée à la note Ba1 du Maroc, attestant de la résilience de l’économie nationale face à la pandémie de Covid-19 et la qualité de la gestion des finances publiques.

Ce changement de perspective de « négative » à « stable » reflète la reprise du PIB réel aux niveaux pré-pandémiques et la capacité de gestion de crise par le gouvernement démontrée pendant la pandémie de Covid-19, a indiqué l’agence américaine dans sa nouvelle analyse.

« L’amélioration des performances en matière de gouvernance renforce les attentes de Moody’s selon lesquelles le gouvernement sera en mesure de mettre en œuvre un assainissement budgétaire progressif qui stabilise le ratio d’endettement et les comptes budgétaires », a-t-elle expliqué, ajoutant que cette situation permettrait aussi de maintenir la stabilité sociale face à l’exposition du Maroc au choc des prix des denrées alimentaires et énergétiques provoqué par la guerre en Ukraine.

Selon Moody’s, la confirmation de la note Ba1 reflète la résilience économique du Maroc, notamment traduite par l’accumulation d’importantes réserves de changes couvrant six mois d’importations à fin 2021, fournissant ainsi un tampon pour absorber l’impact du choc mondial des prix des matières premières.

L’agence américaine relève, par ailleurs, que le profil de crédit est restreint à cause d’un niveau d’endettement des administrations publiques plus élevé que la médiane des Etats souverains notés Ba, ajoutant que le plafond de la monnaie locale reste à Baa1, trois crans au-dessus de la note souveraine, reflétant des institutions prévisibles et un faible risque de vulnérabilité externe, contrebalancé par une large empreinte du secteur public.

Moody’s a en outre indiqué que le plafond en devises étrangères à Baa2, un cran en dessous du plafond en monnaie locale, reflète des risques de transfert et de convertibilité relativement modestes malgré l’existence de contrôles des capitaux.

L’agence de notation a, de même, fait observer que les mesures ciblées d’investissement et de soutien ont permis un retour du PIB aux niveaux pré-pandémiques, précisant qu’après avoir ralenti à 2% en 2022 en raison de graves conditions de sécheresse et de l’impact économique négatif d’une inflation élevée, la croissance annuelle moyenne du PIB devrait converger vers 3% à 3,5 % d’ici 2025.

“Le bilan des politiques macroéconomiques cohérentes mises en œuvre ces dernières années et pendant la pandémie se reflète dans l’amélioration des indicateurs d’efficacité du gouvernement enregistrés dans les Indicateurs de gouvernance mondiaux, qui étayent l’évaluation de Moody’s sur l’amélioration du profil de gouvernance du Maroc”, a encore indiqué l’agence de notation américaine.

Elle a relevé également que la capacité de gestion de crise du gouvernement démontrée pendant la pandémie se reflète dans les taux de vaccination contre le coronavirus relativement élevés par rapport aux pays de la région, la mise en œuvre de mesures financières pour étendre le soutien aux ménages du secteur informel outre le renforcement du filet de sécurité sociale.




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page