Les hôteliers marocains sous la contrainte de Booking.com

Afin d’être référencés, les professionnels de l’hôtellerie marocaine se dirigent vers le pionnier des sites de réservations en ligne « Booking.com ». Une collaboration qui n’a pas que des points positifs. 

Le site de réservations en ligne « Booking.com », incontournable pour le bon fonctionnement des hôtels , impose des clauses impossibles à ses collaborateurs , au préjudice des hôteliers marocains. En effet , selon le quotidien « L’Economiste », le site de réservations oblige aux établissements référencés sur sa plateforme de signer une clause de parité qui leur fait perdre toute maîtrise de leur politique commerciale et tarifaire.

La modalité en question oblige les hôtels à proposer leurs chambres sur Booking.com à un prix au moins aussi avantageux que celui proposé sur d’autres réseaux de distribution. En d’autres termes , les hôtels n’ont plus la latitude de pratiquer des tarifs plus bas que ceux proposés par Booking.com. L’autre clause décriée par les hôteliers concerne la commission sur les nuitées. Sur chaque nuitée vendue , « Booking.com » reçoit une commission de 20 à 25% , payable en devises.

Autre détail important, Booking.com interdit aux hôtels de prendre contact avec des clients ayant déjà séjourné au moins une fois dans leurs établissements.

Sur le Maroc, les flux qui transitent à travers des tours opérateurs ne représentent tout au plus que 20%. C’est Booking.com qui détient la quasi-totalité des établissements hôteliers du royaume, loin devant Expédia et les autres concurrents. Ces changements ont causé la mort du métier des agences réceptives qui assuraient le relais entre les grands tour opérateurs et les hôteliers. Selon Othman Chérif Alami, administrateur du groupe Atlas Voyages « la plupart de ces professionnels se sont reconvertis à d’autres niches d’activité ».


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page