GAFA: le Maroc veut taxer les géants du web

Le gouvernement Marocain a enfin décidé de répondre favorablement aux demandes des éditeurs marocains du digital. Souffrant de la concurrence déloyale des GAFA: Google , Facebook, Amazon et Apple, les acteurs marocains du digital ont a plusieurs reprises pointé du doigt la situation “intenable” qu’ils étaient en train de vivre.

Dans une chronique intitulée: “Quand les maitre du zéro dominent le marché digital”, nous avions mis en exergue la souffrance endurée par les médias digitaux. En effet, échappant à toute taxe et impôt, les multinationales du web sont de loin plus concurrentielles que les éditeurs marocains. Le résultat en est que plus de 80% des investissements publicitaires sur le marché du digital marocain vont à l’étranger, puisqu’ils sont investis chez les géants du web.

Les miettes restent pour les acteurs marocains du digital. Mais cette situation pourrait changer très bientôt puisqu’à l’instar de la France, le Maroc compte appliquer une taxe sur les bénéfices des GAFA, lui permettant de recouvrer 400 milliards de centimes d’impôts.

“Les géants du digital tirent grand profit du marché marocain via les annonces publicitaires, mais sans payer d’impôt, ce qui porte atteinte à la concurrence loyale entre les entreprises nationales et les GAFA. Comme le commerce international, le gouvernement œuvre pour la mise en place d’un cadre réglementaire du numérique à même d’appliquer un système fiscal aux plateformes de Google et Facebook”, a souligné El Khalfi lors d’un point de presse. En ce sens, le Maroc veut s’inspirer de la France qui à l’intention d’imposer une taxe aux GAFA à hauteur de 3% de leur chiffre d’affaires réalisé dans le pays. Affaire à suivre.

M.A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique

Les éléments de la police relevant de la préfecture de police de Fès ont arrêté, vendredi soir, un individu, visiblement dans un état mental anormal et ne possédant aucune pièce d'identité, pour son implication présumée dans l'agression d'une ressortissante étrangère à l'aide d'un objet contondant.