La Fondation Attijariwafa bank décrypte le concept du «bonheur au travail»

La Fondation Attijariwafa bank a organisé Jeudi 25 octobre, à Casablanca, une nouvelle édition de son cycle de conférences « Echanger pour mieux comprendre » sous le thème : « Bonheur au travail : effet de mode ou tendance irréversible ? ».

Cette 42ème rencontre a placé au centre du débat le concept managérial du « bonheur au travail » qui constitue désormais un enjeu stratégique pour un nombre croissant d’entreprises et de startups. Les innovations engendrées par cette nouvelle approche managériale trouvent de plus en plus écho auprès des managers à l’étranger. Les mutations qu’elle suppose, demeurent encore timides au Maroc, mais l’intérêt est latent à la fois auprès des employeurs et des salariés.

Dans un mot de bienvenue prononcé au nom de Mohamed El Kettani, Président Directeur Général du Groupe Attijariwafa bank, Saloua Benmehrez, Directrice de la Communication Groupe, a rappelé les bénéfices qu’une entreprise peut retirer d’une politique managériale axée sur l’amélioration de la qualité de vie au travail et le bien-être de ses salariés. « Il est désormais communément admis que les entreprises ayant mis en place des actions stratégiques pour l’épanouissement de leurs collaborateurs, deviennent, à la fois, plus performantes, plus créatives, plus innovantes et créatrices de valeur. »

Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, il s’avère nécessaire pour les entreprises de contribuer au bien-être de leurs collaborateurs car le lien entre l’épanouissement personnel et la stimulation des performances est avéré. Cette rencontre a réuni un panel de choix avec Christian Lestienne, Coach professionnel et Psychologue clinicien ; Meryem Lahlou, Consultante en Management et Développement personnel et Directrice générale du cabinet Compétence Plus ; et Saida Fikri, Responsable du bonheur chez Comdata Group, présent dans 15 pays, dont le Maroc.

Sous la modération de Mouna Kably, Responsable du Pôle Edition & Débats à la Fondation Attijariwafa bank, les intervenants ont tous confirmé la nécessité de hisser le bienêtre au travail parmi les priorités des entreprises. L’environnement économique en mutation constante génère du stress et des souffrances morales. D’où la nécessité de révolutionner les pratiques managériales pour favoriser l’épanouissement des salariés, leur motivation et leur fidélisation. Diverses études initiées par le MIT (Massachusetts Institute of Technology) confirment l’impact positif d’une politique axée sur le bonheur au travail.

Ainsi, un collaborateur heureux est 2 fois moins malade, 6 fois moins absent, 55% plus créatif et 9 fois plus loyal envers son entreprise. Le témoignage de Saida Fikri a permis de cerner les missions de la nouvelle fonction baptisée de « Responsable du bonheur », ou « Chief Happiness Officer » dans les entreprises. Première responsable du bonheur au Maroc, Saida Fikri a mis l’accent sur la transversalité de sa fonction et l’importance de son rôle de « créateur de liens » au sein de Comdata Group. Pour illustrer son action, elle a également cité quelques actions novatrices mises en place au service des collaborateurs et des managers.

Au terme de cet échange constructif, l’assistance n’a pas manqué d’interagir avec les intervenants, confirmant ainsi l’intérêt des futurs et actuels salariés et des managers, soucieux de leur épanouissement professionnel, personnel et collectif. A travers cette conférence-débat, la Fondation Attijariwafa bank confirme une fois de plus, sa volonté de traiter des problématiques économiques et sociales d’actualité et de promouvoir des échanges constructifs qui concernent l’avenir de notre pays.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page