Crashs des 737 Max: le PDG de Boeing sort de son silence

©DR

Le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, a défendu, lundi à Chicago, le bilan de sécurité de l’avionneur américain et refusé d’assumer plus qu’une responsabilité partielle dans deux crashs mortels de son avion le plus vendu, le 737 Max, affirmant que l’entreprise avait presque terminé une mise à jour qui “rendrait l’avion encore plus sûr”.

Répondant aux questions des journalistes pour la première fois depuis que des accidents impliquant le Boeing 737 Max en Indonésie et en Éthiopie ont tué 346 personnes et plongé Boeing dans sa crise la plus profonde depuis des années, Muilenburg a déclaré que Boeing avait suivi le même processus de conception et de certification que celui utilisé pour la construction d’avions sûrs, et a nié le fait que le Max ait été précipité sur le marché.

“Comme dans la plupart des accidents, une chaîne d’événements se sont produits”, a-t-il déclaré, évoquant les crash de Lion Air, le 29 octobre 2018, et d’Ethiopian Airlines, le 10 mars dernier. “Ce n’est pas correct d’attribuer cela à un seul élément”, a-t-il ajouté.

La conférence de presse, tenue après la réunion annuelle de Boeing à Chicago, a eu lieu alors que de nouvelles questions se posaient autour du Max, cloué au sol partout dans le monde depuis la mi-mars.

Selon les médias américains, des régulateurs fédéraux et des enquêteurs du Congrès sont en train d’examiner des allégations de sécurité concernant le Max, formulées par une dizaine de présumés lanceurs d’alerte.

Lors de sa brève conférence de presse, Muilenburg a déclaré que les accidents résultaient d’une “chaîne d’événements” comprenant l’activation erronée d’un logiciel de vol appelé MCAS.

Boeing a reconnu que dans les deux accidents, le MCAS avait été déclenché par des lectures erronées d’un capteur unique et avait poussé le nez des avions à terre.

“Nous savons que c’est un lien dans les deux accidents que nous pouvons rompre. C’est une mise à jour logicielle que nous savons faire … Cela rendra l’avion encore plus sûr”, a déclaré Muilenburg.

Devant les actionnaires, M. Muilenburg a indiqué que Boeing était sur le point d’achever une mise à niveau du logiciel de vol du Max “qui garantira que de tels accidents ne se reproduisent plus jamais”.

Outre la mise à jour logicielle, Boeing présentera à la Federal Aviation Administration un plan de formation des pilotes sur les modifications apportées au MCAS. La société préconise une formation pouvant être dispensée sur des tablettes et, si les compagnies aériennes le souhaitent, des sessions supplémentaire sur simulateurs de vol lorsque les pilotes doivent se recycler périodiquement.

L’obligation de formation dans les simulateurs retarderait davantage le retour du Max en raison du nombre relativement limité de simulateurs de vol.

Au cours de cette assemblée annuelle, les actionnaires ont notamment élu les 13 candidats nommés au conseil d’administration, dont Nikki Haley, ancienne ambassadrice des États-Unis à l’ONU et ancienne gouverneure de la Caroline du Sud.
S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Bonne nouvelle pour Boeing: une commande de six avions cargo

La compagnie aérienne chinoise China Airlines a finalisé une commande de six avions cargo Boeing 777 pour un prix de liste de 2,1 milliards de dollars, a annoncé mercredi le constructeur aéronautique américain.