Comment soutenir la Communication pour relancer l’Economie, selon l’UACC

Au moment où le Maroc prépare son déconfinement et où les activités économiques reprennent progressivement, l’Union des Agences Conseil en Communication apporte sa contribution à la réflexion nationale autour de la relance économique, en dressant le bilan de la crise liée au Covid-19, et en soumettant une batterie de 5 mesures de soutien à la relance du secteur et de l’économie dans son ensemble.

L’heure du bilan

Partout dans le monde, les écosystèmes de la communication, des médias et des industries créatives ont subi de plein fouet les effets de la crise Covid19. Une crise dont les impacts sont planétaires et inédits sur l’économie mondiale : les pires conséquences économiques depuis la Grande dépression de 1929 selon le Fonds monétaire international. Le Maroc ne fait pas exception, le Haut Commissariat au Plan prévoit une croissance négative en 2020. 

Dès le déclenchement de la crise Covid19, l’UACC avait joué son rôle en lançant un appel à la solidarité, le 22 mars 2020, à destination des acteurs économiques, marques, annonceurs et associations professionnelles représentatives, notamment la Confédération générales des entreprises du Maroc et le Groupement des annonceurs du Maroc.

Dans cet appel, l’UACC avait rappelé le poids économique de l’écosystème qui anime 8500 entreprises, emploie plus de 90.000 personnes et génère un chiffre d’affaires annuel de 12 milliards de DH. 

Tout au long de cette période d’urgence sanitaire et de confinement, les agences conseil, en tant que partenaires privilégiés des marques, ont démontré leur utilité en faisant preuve de créativité et de flexibilité pour continuer à accompagner les annonceurs avec des stratégies adaptées au contexte et optimisées. L’UACC tient d’ailleurs à rendre hommage aux annonceurs qui ont maintenu leur activité de communication et tenu leurs engagements vis-à-vis de leurs prestataires de services, faisant ainsi preuve de responsabilité et de solidarité à l’égard de tout une filière.

Le bilan dressé pour le secteur de la communication est lourd : 50% à 100% de baisse du Chiffre d’affaires des agences, les métiers les plus touchés étant l’événementiel et la publicité. 

Les investissements publicitaires ont enregistré une baisse estimée à 43% depuis le début de la pandémie, avec un split comme suit -18% pour la télévision, -60% pour la radio, -56% pour la presse, – 25% pour l’affichage, -45% pour le Digital et -100% pour le cinéma (fermeture des salles de cinéma oblige). *

qui ont maintenu leur communication TV.*

Le Top 5 des annonceurs durant cette période a été le suivant :

  • Télécommunications (-18%)
    1. Alimentaire (-44%)
  • Entretien (+83%)
  • Toilette / beauté (-33%)
  • Banques / assurances (-50%)

A noter qu’en 2019, ce sont les secteurs de l’immobilier, du transport et des banques et assurances que l’on retrouvait respectivement à la troisième et quatrième place.

Pas de relance sans communication

A l’heure de la « reconstruction », il est prévisible que l’Etat ne considère pas la relance de la filière de la communication et des médias comme un axe prioritaire, lorsque l’on connaît la situation de tant de secteurs encore plus durement touchés par la crise (tourisme, commerces,…). 

Pour autant, la communication constitue un levier vital pour la relance économique.

Soutenir les investissements en communication est donc essentiel à un plan Marshall pour l’économie.

« La relance économique passe inévitablement par la relance de la communication. 1 dirham investi en communication génère 15 DH de PIB, les études l’ont démontré et c’est un constat universel. En stimulant la consommation, on stimule l’économie dans son ensemble. », a déclaré Mme Maria Ait M’Hamed, présidente de l’UACC. 

Et de préciser : « Communiquer n’est pas un accessoire « nice-to-have », un petit plus que l’on s’autorise quand tout va bien. C’est encore plus une nécessité lorsque tout va mal, et un facteur clé de succès de la stratégie de relance économique nationale. Les Marocains ont besoin plus que jamais des annonceurs, qu’ils soient publics ou privés, pour soutenir la reprise économique et redonner la confiance ». 

L’après-Covid imposera aux entreprises de recréer les conditions de la confiance, et de relancer le dialogue avec leurs consommateurs en s’appuyant sur leur raison d’être, pour leur donner de l’espoir et nourrir leur désir de consommer. La communication contribuera donc à recréer un nouvel ordre économique et social, tenant compte des nouvelles attentes des consommateurs.

Un plan Marshall pour la communication

L’UACC tient à saluer les efforts et les initiatives des pouvoirs publics visant à soutenir les citoyens et les entreprises durant la phase de confinement, à travers une batterie de mesures à caractère social et économique.  

Aujourd’hui encore, seule une démarche volontariste et collective permettra de réussir la phase après-confinement, d’enrayer le cercle vicieux de la crise économique et d’assurer une reprise économique plus rapide, pour tous.

C’est dans ce cadre que l’UACC propose une batterie de 5 mesures d’urgence, vitales pour la relance de la filière et de l’économie nationale dans son ensemble. Ces mesures ont été soumises à la Fédération du Commerce et des Services de la CGEM, au Comité de Veille Economique, au Conseil Economique, Social et Environnemental et au Conseil National de la Presse.

1/ Des mesures fiscales : 

Suspension du paiement de l’Impôt sur le Revenu et des charges sociales durant l’année 2020 et allégement de l’IS sur l’année 2020.

2/ Des mesures financières

Accès simplifié à Damane Oxygène sur une période de 12 mois minimum, prolongement des crédits de financements à taux réduits et réduction des délais de paiement avec mise en place de pénalités de retard.

3/ Des mesures légales

Possibilité de réduction du temps de travail au-delà des 60 jours autorisés par le Code du Travail, pour permettre aux entreprises de préserver l’emploi de leurs collaborateurs.

4/ Des mesures d’incitation à l’investissement en communication

Exonération de la taxe d’écran (droits de timbre sur la publicité audiovisuelle) pour les investissements audiovisuels qui atteignent un palier indexé sur le Chiffre d’affaires de l’entreprise, renforcement de la commande publique de la Communication et crédit d’impôt accordé aux PME qui communiquent sur les médias marocains pour la période 2020-2021.

5/ Des subventions à accorder aux médias d’information (presse, radios) sur la base des investissements réalisés et de la performance des médias (base objective).

Un code de conduite pour créer les conditions de la relance

L’UACC fait également au civisme, à l’éthique et à la responsabilité de l’Etat et des acteurs économiques, annonceurs notamment, et encourage au respect permanent des 3 principes suivants :

1/ Adoption de la règle de «préférence nationale» dans l’ensemble des marchés du marketing et de  la communication

2/ Mise en place d’un modèle de collaboration annonceurs – agences plus transparent, plus équitable  et plus respectueux de la propriété intellectuelle.

3/ Révision des critères d’attribution des marchés publics et adoption d’une logique de mieux-disant et non de moins-disant, propice à l’émulation et à la valorisation des expertises des concurrents.

Articles similaires

Suggestions d’articles

L’African Cristal: un festival pour les pro de la com’

L’African Cristal Festival, qui se déroulera pour la 4ème année consécutive à Marrakech, rassemble quelques 400 professionnels de la communication et des médias