Comment le paiement mobile va changer la vie des Marocains ?

Lancé en 2018 par la Banque centrale et l’Agence nationale de réglementation des télécommunications, le dispositif réglementant le paiement mobile nourrit comme vocation de faire de cette activité, un vecteur clé de l’inclusion financière.

En témoigne la quinzaine d’établissements de paiement créée pour investir ce nouveau marché.

Outre les banques (BPAY de la Banque populaire, dabaPay de BMCE Bank, Beztam-E du Crédit agricole du Maroc, So Pay de la Société Générale et WEPay de CIH Bank), plusieurs opérateurs ont reçu leurs agréments pour créer des filiales dédiées.

Il s’agit de Wafacash, Maroc Traitement de Transaction (M2T), Bash Plus, NAPS, Maymouna Services Financiers, le Centre monétique interbancaire (CMI), Barid Cash, Fast Paiement en plus de Maroc Telecom, Inwi et Orange.

Le but est de venir à bout de la circulation du cash et de sa gestion très couteuse, mais surtout pour offrir de nouvelles opportunités pour les régions les plus reculées.

Bank Al-Maghrib table, d’ici 2024, sur un marché de 6 millions d’utilisateurs pour 1,3 MMDH de transactions.

Y a-t-il un engouement pour cette nouvelle offre? Comment faut-il faire évoluer les habitudes des Marocains? Les dispositions réglementaires et techniques sont-elles au point? Décryptage d’une activité au fort potentiel…

Paiement mobile. Un décollage timide, mais des perspectives certaines

Paiement mobile. Les raisons de la réticence

Paiement mobile: le potentiel de l’activité décrypté par Al Barid Bank

La démonstration de force d’Inwi

Al Barid Bank: zoom sur une stratégie gagnante

Articles similaires

Suggestions d’articles

Paiement mobile: le potentiel de l’activité décrypté par Al Barid Bank

La digitalisation a très tôt fait partie de la stratégie de développement d’Al Barid Bank, ce qui donne de l'expertise en la matière à cet organisme.