CIMR, CNSS… les (vrais) chiffres des régimes de retraite

Le nombre d’établissements adhérents aux régimes complémentaires de la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraites (CIMR) et le Régime collectif d’allocation de retraite – régime complémentaire (RCAR-RC) a atteint 7.151 établissements en 2017, en augmentation de 1,2% par rapport à 2016, selon l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS).

Le nombre d’adhérents de la CIMR a enregistré une hausse de 2%, passant à 6.700 établissements, soit 94% de l’ensemble des adhérents des régimes complémentaires, souligne l’ACAPS dans son rapport annuel sur le secteur de la prévoyance sociale pour 2017.

Les entreprises évoluant dans le secteur du commerce représentent 41,6% des entreprises du secteur privé adhérentes à la CIMR, suivies par celles opérant dans les industries manufacturières et les services avec respectivement 15,8% et 13,5%, précise la même source.

Le rapport fait également ressortir que le nombre des actifs cotisants de la CIMR a progressé en 2017 de 4,4% à 333.600 cotisants, représentant ainsi 92,7% de l’effectif global, tandis que ceux du RCAR-RC et d’Attakmili ont enregistré une évolution annuelle moyenne sur la période de 8% et 6,6% respectivement avec des parts respectives de 6,6% et moins de 1%.

S’agissant de l’effectif global des bénéficiaires du RCAR-RC et de la CIMR, il a atteint 176.100 personnes, en évolution annuelle moyenne de 3,7% sur la période 2013-2017, relève le rapport, notant que cet effectif est réparti entre 72,8% de retraités principaux, 26,9% de conjoints et 0,3% d’orphelins.

Les bénéficiaires relevant de la CIMR représentent 97% de cet effectif, poursuit le rapport, expliquant cette proportion par l’ancienneté du régime par rapport au RCAR-RC (1949 contre 1993), par l’importance des populations entrant dans leurs champs de couverture et, en moindre mesure, par le niveau du salaire exigé pour bénéficier de la couverture du RCAR-RC.

Le rapport démographique des deux régimes CIMR et RCAR-RC se situe respectivement à 2,8 et 5,2 actifs cotisants pour un retraité en 2017 contre 2,9 et 12,5 en 2013, fait savoir la même source, relevant que l’âge moyen des retraités principaux des deux régimes se situe à 68,3 ans pour les hommes et 66,2 ans pour les femmes qui représentent 16,3% de l’ensemble des retraités. La proportion des retraités de sexe féminin se situe à 16,6% des retraités de la CIMR et à 8,8% de ceux du RCAR-RC.

En outre, l’ACAPS fait état d’une progression de 19,8% des actifs cotisants du RCAR-RC disposant d’une couverture dans le cadre du régime complémentaire en 2017, contre 15,2% en 2012, tandis que la proportion des retraités du régime de base percevant une pension complémentaire du RCAR-RC est passée, quant à elle, de 2,3% à 6,1% sur la même période.

Dans le secteur privé, quelque 10,3% des actifs cotisants de la CNSS disposent d’une couverture complémentaire auprès de la CIMR contre 33% pour la catégorie des retraités. Le régime Attakmili reste peu sollicité par les actifs cotisants des régimes CMR-RPC et CMR-RPM dont seulement 0,3% sont affiliés à ce régime. Cela peut s’expliquer par les niveaux de remplacement élevés de la couverture de base.

S.L. (avec MAP)

Suggestions d’articles

Umnia Bank lance son premier contrat de dépôt d’investissement

Umnia Bank a le plaisir d'annoncer la signature du premier contrat de dépôt d’investissement en date du 12 juin 2019.