Ce qu’il faut retenir de la dernière réunion trimestrielle de Bank Al-Maghrib

Voici l’essentiel du communiqué publié par Bank Al-Maghrib (BAM) à l’issue de la 2ème réunion trimestrielle de son Conseil au titre de l’année 2022:

– Le taux directeur est maintenu inchangé à 1,5%.

– Les prix à la consommation, tirés principalement par la flambée des prix des produits énergétiques et alimentaires ainsi que par l’accélération de l’inflation chez les principaux partenaires commerciaux, ont connu une hausse sensible au cours des quatre premiers mois de l’année avec une progression moyenne de 4,5% en glissement annuel.

– L’inflation devrait atteindre, selon les projections de la Banque, 5,3% pour l’ensemble de cette année avant de décélérer à 2% en 2023.

– Après le rebond remarquable de 7,9% enregistré en 2021, la croissance de l’économie nationale devrait ralentir à 1% cette année puis s’accélérer à 4% en 2023.

– Les importations s’accroitraient de 24,2% en 2022 en lien essentiellement avec l’alourdissement de la facture énergétique qui atteindrait 122,4 milliards de dirhams (MMDH) et l’augmentation prévue des acquisitions des produits bruts et des demi-produits.

– Les exportations s’amélioreraient de 22% en 2022 et de 0,8% en 2023, portées principalement par les ventes du phosphate et dérivés et du secteur automobile qui s’établiraient respectivement à 102,7 MMDH et 114,7 MMDH en 2023.

– Les recettes de voyage connaitraient une reprise graduelle, passant de 34,3 MMDH en 2021 à 54,3 MMDH en 2022 et à 70,9 MMDH en 2023.

– Après un niveau record de 93,7 MMDH enregistré en 2021, les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) reviendraient progressivement à leur niveau d’avant crise, totalisant 87,3 MMDH en 2022 et 84 MMDH en 2023.

– Le déficit du compte courant se creuserait à 4,9% du PIB en 2022, après 2,3% en 2021, avant de s’alléger à 3,8% en 2023.

– Les recettes des investissements directs étrangers (IDE) avoisineraient l’équivalent de 3% du PIB sur l’horizon de prévision.

– Les avoirs officiels de réserve se situeraient à 342,5 MMDH à fin 2022 et à 346,4 MMDH à fin 2023, assurant ainsi une couverture autour de 6 mois d’importations de biens et services.

– Le taux de change effectif réel se déprécierait de 2,8% en 2022 et de 0,9% en 2023.

– Le besoin de liquidité des banques devrait se creuser à 78,2 MMDH à fin 2022 puis à 91,9 MMDH à fin 2023, tiré par la progression prévue de la circulation fiduciaire.

– Le déficit budgétaire devrait passer de 5,9% du PIB à 6,3% en 2022 avant de s’atténuer à 5,6% en 2023.

BR


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page