Affaire de la Samir: Al Amoudi poursuivi en justice à Londres

Mohamed Al-AmoudiL'homme d'affaires Mohamed Al-Amoudi qui contrôlait la Samir ©DR

Le groupe émirati Baha Bastane Energy (BB Energy) qui a récemment fait une offre de reprise de la raffinerie marocaine La Samir, a déposé plainte devant la cour commerciale de Londres contre quatre dirigeants de La Samir. L’entreprise Energy accuse, en effet, l’ex PDG de la Samir Mohammed Hussein Al Amoudi, Jamal Ba-Amer, son directeur général, le vice-président Jason Tadwell Milazzo ainsi que l’administrateur Bassam Felix Aburdene de mauvaise gestion.

La société de négoce pétrolier, leur impute le délit d’avoir signé des contrats d’achat avec BB Energy, fin 2014, alors qu’ils n’étaient pertinemment pas en mesure d’honorer la facture. Le raffineur, étant déjà à cette époque en grande difficulté de paiement. Cette action en justice devant la cour de Londres entre dans le cadre de récupération de créances, à valeur de 126 millions d’USD. Les négociants de pétrole en espèrent même un peu plus si les griefs “dommages et intérêts” étaient retenus pour la mise en faillite de la Samir. C’est qu’ils considèrent la liquidation comme un complot illégal à l’égard de BB Energy, du fait que les accusés en étaient conscients.

L’Etat marocain, on le rappelle a sollicité le Centre International de Règlement des Différends liés aux investissements (CIRDI) pour l’arbitrage relatif à la faillite de la Samir. Deux procès sont actuellement en cours, l’un contre Al Amoudi et l’autre contre Carlyle Groupe.

Si l’on s’en réfère à l’action entreprise par BB Energy auprès de la justice britannique et l’offre de reprise de la raffinerie marocaine qu’elle ambitionne avec d’autres investisseurs comme l’Etat irakien, l’heure pourrait être à sa concrétisation. Au regard de la façon dont la société de négoce compte parvenir à cette fin qui se veut sous forme ‘’de transformation de créance en participation’’, il est comme une volonté de concordance qui tendrait à l’optimisme bien que l’on soit, encore loin du compte.

M.J.K

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Tanger: prison ferme pour la femme qui a tué son fils

Selon la mère, ce dernier prenait sa douche et refusait de sortir de la salle de bain, ce qui a provoqué sa colère. Elle l’a ainsi poussé, causant ainsi sa mort après s’être blessé à la tête.