À Casablanca, Boeing annonce ses ambitions avec le Maroc

L’industriel aéronautique américain, Boeing, qui a signé un mémorandum d’entente en 2016 avec le gouvernement marocain pour l’implantation d’un écosystème de fournisseurs au Maroc, a mis le point sur l’état d’avancement de cette entente. Et ce, via un point de presse tenu dans un palace de Casablanca.

Boeing et le gouvernement marocain étaient représentés, pour l’occasion, par Doug Kelly, responsable senior du Supplier Management de Boeing Commercial Airplanes et par Ali Sedikki, Directeur des industries aéronautiques ferroviaires navales et des énergies renouvelables au ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique.

S’il y a des chiffres à retenir pour atteindre l’objectif commun du Royaume du Maroc et de Boeing à l’horizon 2028, ce sont les 8.700 emplois et le milliard d’euros d’impact économique que drainera cette entente. Il faut dire que le programme projette également l’implantation d’au moins 120 fournisseurs de Boeing, sachant en cela que depuis la signature de l’accord, le constructeur d’avions a contacté plus de 250 fournisseurs.

Ils sont déjà au nombre de neuf fournisseurs, à la fois directs et indirects, qui tirent de ce protocole d’accord, profit et avantage en étant performants à l’épreuve de la concurrence sur le marché aéronautique aux côtés de l’avionneur américain.

L’un des tous derniers à avoir rejoint ce happy few n’est autre que TDM Aerospace, fournisseur aéronautique à capitaux marocains (financement du Fonds d’investissement marocain-MAIC-) qui a obtenu des contrats directs (rang 1) avec Boeing.  Il fabriquera des tubes et des canalisations en titane pour le ‘’Dreamliner’’(Boeing 787).

Que de bonnes résolutions à retenir pour l’industrie de l’aéronautique au Maroc où ce secteur est en pleine dynamique! Ceci, grâce à l’apport de l’écosystème Boeing et du ministère de tutelle qui œuvrent étroitement à la réussite de ce projet. Rappelons que ce dernier cible l’implantation de quelque 120 nouveaux équipementiers d’ici 2020. Il vient également renforcer l’écosystème Airbus. En résumé, c’est de bon augure pour notre économie et l’industrie aéronautique marocaine qui s’éveille enfin, de ses « balbutiements » ultérieurs.

M.J.K.

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page