Une expo photo unique à Rabat ! (Galerie Abla Ababou)

Pour son premier anniversaire, la Galerie Abla Ababou voit grand et propose, sous le titre de ‘Points de vue’, un regard riche en couleurs et en émotions sur la photographie contemporaine.

Par Olivier Rachet

Ce ne sont pas moins de 120 photos de 14 artistes différents qui sont exposées jusqu’à la fin du mois d’avril, à la Galerie Abla Ababou. Un véritable challenge pour une exposition inédite mettant à l’honneur des photographes talentueux. « Ce qui m’a intéressée, raconte la galeriste, c’est de laisser les artistes libres de proposer les travaux qu’ils souhaitaient. » Il s’agit ainsi d’offrir au visiteur « un voyage à travers différentes sensibilités. »

La Galerie, qui a déjà accueilli deux expositions individuelles de Mahi Binebine et Mounat Charrat, renoue avec sa précédente exposition qui réunissait un collectif de plusieurs peintres. Chaque photographe s’est ainsi vu attribuer un espace qui lui est propre, permettant de prendre toute la mesure d’esthétiques souvent différentes.

Des paysages poétiques

On a plaisir à redécouvrir des paysages qui, précise le directeur artistique Ahmad Bouzoubaa, « tendent souvent vers l’universel », à l’image des natures mélancoliques de Lamia Naji où se croisent des bras de mer étincelant sous un crépuscule estival, des forêts recouvertes de neige ou de pures végétations automnales. Ces variations saisonnières et chromatiques disent chez cette photographe remarquable aussi bien l’absence que la beauté gratuite du monde qui nous entoure. Leur font écho les clichés étonnants du jeune photographe marocain, Zakaria Aït Wakrim, vivant entre Malaga et Casablanca, dans lesquels l’utilisation d’un spectre infra-rouge renforce l’irréalité d’un monde que nous traversons sans en voir l’étrangeté ou bien ceux de M’hammed Kilito et de Brahim Benkirane. Le premier fige souvent des scènes de la vie quotidienne, en l’absence de leurs protagonistes alors que le second privilégie un flou de la vision qui ne cesse d’étonner.

Dans ces univers qui sont familiers aux amateurs de photographie, on se réjouit aussi de découvrir les premiers clichés exposés d’un artiste originaire de Mohammedia, Jean-Yves Gabrièle, dont « Débarquement Dakhla » propose un angle de vue particulièrement audacieux.

Des scènes urbaines

S’ils poétisent souvent le monde qui nous entoure, les photographes en sont aussi les témoins privilégiés. On connaît aujourd’hui l’importance revêtue par la « street photography », notamment chez les jeunes artistes marocains dont certains se sont regroupés dans le collectif « Everyday Casablanca » dont on verra bientôt une nouvelle exposition. On pourra ainsi découvrir la photo d’Alexandre Chaplier chez lequel la signalétique urbaine rivalise d’incongruité avec la présence des passants ou celle de François Beaurain qui accorde toute son importance à des architectures dont la composition est littéralement époustouflante.

Le visiteur retrouvera des univers qui lui sont familiers, à travers notamment les scènes de rue privilégiées par Walid Bendra, Laurent Hou ou la série aujourd’hui bien connue de Hassan Nadim consacrée à la place Jamaa El Fna.

Une photo expérimentale

Pour être complet, mentionnons aussi la présence de photographes tels que Ibn El Farouk, Othman Zine ou Aurèle Andrews-Benmejdoub – notre coup de cœur – qui tous privilégient une approche expérimentale de la photo : soit en utilisant des compositions savamment agencées, à l’image de Othman Zine, peignant des corps en blanc et jouant avec la symbolique des couleurs rouge et verte ; ou en intervenant directement sur la photo à travers l’utilisation du dessin ou de la peinture comme le réalise magistralement Aurèle Andrews-Benmejdoub dans des nus ou des paysages intemporels qui sont autant de pièces uniques proposées au public.

Là n’est d’ailleurs pas le moindre intérêt de l’exposition qui, en proposant des petits formats, cherche « à minimiser les prix », comme l’explique Abla Ababou, allant jusqu’à parler d’un « acte citoyen » devant l’impératif de devoir réussir à séduire un public encore rétif à acheter de la photographie. Si la photo vous intéresse, voilà « une belle occasion de commencer une collection » comme nous y invite la galeriste.

Exposition « Points de vue », Galerie Abla Ababou, 57 Avenue Mehdi Ben Barka, quartier Souissi, Rabat, jusqu’au 25 avril 2018.

expo1expo2expo3

Articles similaires

Suggestions d’articles

Rabat: une vidéo tournée au quartier Agdal indigne la Toile

Devant le siège d'une succursale administrative, dans le quartier r'bati huppé de l'Agdal, des dizaines de citoyens ont créé un grand débordement et une bousculade monstre.