L’expo photo “Mémoire du Pérou” débarque à Tanger

Du 13 au 30 septembre, l’Ambassade du Pérou au Maroc, en collaboration avec l’Institut Cervantès de Tanger, présentent à la Salle d’Exposition de l’Institut, l’exposition “Mémoire du Pérou: Photographies 1890-1950”.

Suite au succès qu’a eu l’exposition photographique “Mémoire du Pérou 1890-1950 “, à Rabat et ensuite à Marrakech, l’Ambassade du Pérou, en collaboration avec l’Institut Cervantes à Tanger, organisent le vernissage de ladite exposition, jeudi 13 septembre à 19h00, à la Salle d’exposition de l’Institut Cervantes de Tanger. Elle sera ouverte au public jusqu’au 30 septembre.

Il s’agit d’une exposition de 80 images qui parcourent 60 ans de photographie péruvienne. Les merveilles naturelles du territoire du Pérou, les grands monuments de son passé précolombien ainsi que des coutumes ancestrales qui s’interconnectent avec les aspirations modernisatrices de l’époque, l’avancée de la bourgeoisie et les conflits sociaux d’une société en formation, sont restées figées sur ces photos.

Ces images font partie d’une tradition photographique péruvienne qui s’est nourri du talent indubitable d’un ensemble de remarquables créateurs visuels qui ont utilisé l’appareil photographique comme un moyen de dépeindre, de comprendre et d’interpréter le pays. Elles mettent en valeur le talent de maîtres de l’objectif de “l’âge d’or de la photographie péruvienne”, tels que Max T. Vargas, Martín Chambi, Carlos et Miguel Vargas, Juan Manuel Figueroa Aznar, Sebastián Rodríguez, Baldomero Alejos ou Walter O. Runcie, entre autres.

Ces photographies, qui ont aussi été exposées dans d’autres villes du monde telles qu’Ottawa, Madrid, Ankara, Le Caire, Pékin, Bangkok, Tokyo ou Séoul, et récemment à Rabat et à Marrakech, respectivement les mois d’octobre et mars dernier, montrent des phénomènes sociaux qui ont marqué le début du XXème siècle au Pérou, comme l’immigration rurale vers les villes, l’arrivée des travailleurs chinois au Pérou ou les contestations sociales et syndicales du début de XIXème siècle.

Suggestions d’articles

El Mortada Iamrachen: ce qu’a décidé la justice

Il est accusé d’«incitation et apologie d’une organisation terroriste».