Les gares du Maroc, des joyaux architecturaux (ouvrages)

Les éditions “Langages du Sud” publient deux magnifiques ouvrages consacrés à ces lieux de transit et de rencontres que sont les gares. “Rêve de gares : une odyssée mondiale” retrace l’épopée d’une cinquantaine de gares dispersées aux quatre coins du monde. “Gares marocaines” met à l’honneur les beautés architecturales des gares du Royaume.

Par Olivier Rachet

Il est des chemins de fer et des trains mythiques, du Transsibérien à l’Orient-Express, en passant par les lignes ferroviaires de la Conquête de l’Ouest américain. Les poètes les ont célébrés, nombreux sont les cinéastes à en avoir révélé le potentiel dramatique. Il est aussi des gares non moins légendaires, de la Ciotat où les frères Lumière réalisèrent l’une des premières vues cinématographiques de l’histoire, aux gares parisiennes de Montparnasse ou de Saint-Lazare, au cœur de plusieurs œuvres réalistes ou naturalistes. Qui ne se souvient pas subitement, à l’évocation d’une gare du Far West américain, de cette mélodie déchirante, jouée à l’harmonica, par Charles Bronson dans Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone ?

western

Il n’est pas étonnant dès lors que l’éditrice et la fondatrice des éditions Langages du Sud, Patricia Defever-Kapferer, co-auteur avec Marie-Pascale Rauzier de l’ouvrage Rêve de gares, évoque ces gares patrimoniales appartenant non seulement au patrimoine de l’humanité, mais à notre mémoire la plus intime. Combien d’embrassades, d’adieux déchirants, de retrouvailles, gages de tous les bonheurs, les gares du monde entier n’ont-elles pas connus ? Les deux auteurs nous convient à visiter, à partir de prestigieuses photographies, une cinquantaine de gares, d’un continent à l’autre. Nous sommes à Shangaï, à Cuba ou à Rotterdam, mais aussi à Marrakech ou à Casa-Port.

Une odyssée cinématographique

Une des idées phares de l’ouvrage est d’offrir aussi au lecteur une incursion dans le septième art, à travers une série de photogrammes de films dont plusieurs scènes mythiques ont pour cadre la gare. Ne sommes-nous pas ces héros et ces héroïnes de nos propres existences qui, à l’instar de Marlène Dietrich, Marylin Monroe, Jean-Louis Trintignant, arpentons ces espaces de tous les possibles, ces lieux propices aux plus belles des rencontres comme aux déceptions les plus douloureuses ? « Que d’avenir irréalisé dans un regard croisé » écrivait justement le romancier et poète Louis Calaferte ! Aujourd’hui encore, ne hantons-nous pas les gares comme d’autres habitent leurs désirs ? Allez faire un tour à Casa-Port, en gare de Marrakech ou de Tanger, à n’importe quel moment de la journée : vous y verrez des passants pressés, se précipitant vers leurs devoirs ; vous y croiserez souvent des promeneurs égarés, des rêveurs au regard rempli d’espérance.

Gares du Maroc

Le second ouvrage publié par les éditions Langages du Sud se concentre sur une quinzaine de gares marocaines, de Rabat-Agdal à Oujda, en passant par Marrakech, Tanger, Meknès, Berrechid ou Youssoufia. Youssef el Melihi et Abdelouahed Mountassir :  le premier en charge du projet de gare LGV de Tanger – qui sera opérationnelle à l’été 2018 –, le second initiateur du projet « Urba Pôle Gare d’Oujda », tous deux présents lors de la soirée de présentation des deux ouvrages, ont à cœur d’inscrire chacune de leur réalisation dans l’histoire et l’urbanisme propres à chaque ville.

Nous sommes nombreux, au Maroc, à nous émerveiller devant ces réalisations architecturales de toute beauté qui rappellent ici l’organisation spatiale d’un fondouk, ailleurs la coque d’un voilier ouvert aux quatre vents. Comme l’explique avec justesse Abdelouahed Mountassir, la gare est aussi une place couverte, un lieu de vie mobile, un espace de vie à part entière. L’urbanité n’est pas seulement synonyme de précipitation ou d’incivilité, elle nous rappelle aussi la saveur des échanges et le goût des autres. Ces voyageurs anonymes : nos semblables, nos frères.

Rêve de gares : une odyssée mondiale / Gares du Maroc, Marie-Pascale Rauzier, Patricia Defever-Kapferer, éditions Langages du Sud.

Reportage: le circuit « très spécial » du poisson au Maroc

Suggestions d’articles

Comment la présidente de la Croatie a conquis les internautes (photos)

Décrite comme «une fan pas comme les autres», Kolinda comptait déclarer ce lundi 16 juillet jour férié si la Croatie avait remporté la Coupe du monde.