Santé: Khalid Ait Taleb face à la colère des pharmaciens

Khalid Ait Taleb

CHRONIQUE – Voir des manifestations devant le Parlement à Rabat est quelque chose d’assez courant. Les personnes qui manifestent régulièrement sont souvent des médecins, des pharmaciens, des chômeurs, ou encore des hommes et des femmes qui se sentent opprimés…

Ces sit-in permettent à tous ceux qui ne sont pas entendus d’exprimer leur colère et leurs revendications. Et ils sont souvent écoutés. C’est pour cela que les pharmaciens ont décrété une manifestation devant le ministère de la Santé le 10 février. Ces derniers se sentent incompris par le nouveau ministre. Certaines lois qui datent du “début du protectorat français” selon eux, handicapent sérieusement la profession.

Le décret sur la fixation des prix du médicament et les cotisations exigées par la CNSS sont également pointés du doigt par les pharmaciens. Si des décisions avaient été actées avant la venue de Khalid Ait Taleb, elles n’ont toujours pas vu le jour. Et c’est peut-être ce qui frustre le plus les pharmaciens. Mais leurs revendications ne sont pas un cas isolé dans le secteur de la santé. Médecins, cliniques privées, infirmiers, laboratoires pharmaceutiques, étudiants…tout ce beau monde a des exigences complexes et différentes. Et la tâche la plus délicate pour Ait Taleb durant l’année 2020 sera d’accorder les violons de tous les acteurs du secteur, chose qu’un certain Hussain El Ouardi n’avait pas réussi à faire durant son mandat.

Le directeur du médicament et de la pharmacie avait été limogé dans des circonstances assez mystérieuse l’année dernière. Une décision qui attestait (déjà) d’un grand malaise. Avec la nouvelle affaire du “coronavirus”, il faudra également faire preuve d’une excellente com’ afin de rassurer les Marocains pour de ne pas revivre le remake de “H1N1”.

Hicham Bennani. Edito publié dans Les Inspirations Eco. 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le Maroc a-t-il vraiment commandé des kits de dépistage à une firme sud-coréenne?

Le Directeur de la Direction de l’épidémiologie au ministère de la Santé, Mohamed El Youbi, a répondu à la question.