Les hommes et les lois

©LeSiteinfo

par Jalil Bennani , Psychiatre et psychanalyste

Les dépits, cris et colères proviennent aujourd’hui de nombreux citoyens marocains qui ne peuvent plus rester impassibles devant des lois qui font fi des souffrances, des trajectoires individuelles, des destinées que femmes ou hommes n’ont pas forcément choisies.

Les hommes ont inventé des lois qui répondent aux exigences de leur époque et de leur contexte social. Elles sont, pour ces raisons, faites pour évoluer au gré des mutations socio-culturelles. La société marocaine est en pleine effervescence et la parole s’est libérée pour défendre la dignité du citoyen, l’intérêt supérieur du pays à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières. C’est une révolte saine, une révolte humaine susceptible de faire bouger les mentalités et les lois quand elles paraissent injustes.

Parlons de l’humain justement. La justice ne consiste pas à appliquer aveuglément et mécaniquement des règles. Elle consiste à parvenir à un jugement après une délibération collective. Le juge n’applique pas d’abord la loi, il commence par écouter les plaignants dans leur parcours individuel de vie. Et c’est à partir de ce moment-là qu’il peut trouver le moyen d’articuler les situations individuelles et la loi commune. 

Loin de répondre à un code que l’on déléguerait à des machines, la justice applique des textes de loi mais après une concertation : c’est la fonction du droit. Les individus sont des êtres pensants qui ont des rêves, un inconscient et des actes manqués qui en appellent à vivre dans la dignité, la liberté et la responsabilité. Face aux appels, le silence, la surdité ne peuvent que bloquer la réflexion, scléroser la pensée et l’évolution sociale. C’est pourquoi il est urgent d’ouvrir le débat, entre toutes les composantes de la société.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Aïd El Kébir : la fête de tous les sacrifices

Le sacrifice intéresse les sciences humaines et tout particulièrement la psychanalyse car il établit un lien entre la psychologie individuelle et les structures sociales.