Il faut sauver le « soldat » 2M

Après une trentaine d’années de bons et loyaux services, Samira Sitaïl quitte 2M. Toute une tranche de vie, durant laquelle la Directrice de l’information a vu défiler des journalistes, mais aussi des invités de marque.

Si elle n’a pas vraiment pris un coup de vieux, ce n’est pas le cas pour la chaîne de Ain Sbaâ. Pour replonger dans un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, la brillante carrière de cette grande dame de l’audiovisuel est étroitement liée aux débuts de 2M avec ses programmes qu’elle proposait en clair… et en crypté. Il est vrai que la chaîne a longtemps été payante, un modèle qui n’a finalement pas fonctionné dans un pays où payer pour avoir de la qualité n’est malheureusement pas une priorité.

Aujourd’hui, les caisses de 2M sont vides, ses employés souffrent de la crise, à tel point que son avenir est même remis en cause. L’absence de visibilité et notamment sur une éventuelle recapitalisation, donne des cauchemars aux gestionnaires. Au Parlement, Driss Jettou a récemment tiré la sonnette d’alarme. Son constat est clair: SOREAD-2M se finance principalement par la publicité, les subventions étatiques ne dépassant pas en moyenne les 50 MDH par an, soit 7% des ressources de la société et cela, depuis 2013. Entre temps, les chaînes concurrentes se sont refaits une beauté. Médi1 a lancé de nouveaux programmes, tandis que la SNRT s’est diversifiée. Mais l’espoir est toujours permis pour 2M.

Dans la nuit du 31 décembre 2019, le taux d’audience a dépassé les 9,2 millions de téléspectateurs. Un record. Alors, même si elle est critiquée pendant le ramadan pour certains programmes, même si elle ne diffuse pas encore en HD et même si on n’aime pas forcément les telenovelas, on ne peut que souhaiter à 2M de retrouver un nouveau souffle. Pour ce qu’elle incarne pour nous tous, Marocains.

Hicham Bennani. Source: Les inspirations Eco

Articles similaires

Suggestions d’articles

Explosions à Beyrouth: le roi Mohammed VI a écrit au président Aoun

Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances et de compassion au président libanais Michel Aoun, suite à l'explosion tragique survenue dans le port de Beyrouth, faisant plusieurs victimes et des dégâts matériels importants.