Coronavirus: les Marocains doivent-il s’inquiéter ?

Cette semaine, les cas liés à la propagation du virus chinois se sont multipliés. Comme d’habitude, les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se veulent rassurants. Mais le bilan de l’épidémie a grimpé en Chine à 106 morts et près de 4500 personnes contaminées.

Au Maroc, les responsables assurent que le risque de propagation du virus sur le territoire national est “faible” et qu’aucun cas n’a été enregistré à ce jour. Le Royaume a instauré le contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux, en vue de détecter tout éventuel cas importé et d’enrayer la propagation du virus. Jusqu’ici tout va bien…

Le “coronavirus” fait penser aux autres maladies qui ont fait trembler le monde. Et c’est pour cela que ce nouvel intrus intrigue, même chez nous. Les symptômes principaux sont la fièvre et des signes respiratoires de type toux ou essoufflement. Le patient peut présenter une détresse respiratoire et peut mourir. Ce qui rappelle un peu “H1N1”. La grippe porcine avait provoqué stress, inquiétudes et bad buzz il y a 10 ans. H1N1, polio, Ebola, Zika… le nom de ces virus fait toujours peur.

D’ailleurs, ces maladies sont rendues encore plus terrifiantes parce que l’information, souvent fausse, circule de plus en plus vite. Tout le monde s’en souvient, H1N1 avait donné des sueurs froides à la population marocaine. Dès qu’une toux apparaissait, on pensait au pire ! Des enfants étaient privés d’école par sécurité. Même s’il y a eu des décès, le virus a finalement été maîtrisé. C’est pour cela qu’il ne faut jamais céder à la psychose. La grippe tue des gens au Maroc chaque année, on ne panique pas pour autant. Le plus important est d’écouter la voix de la sagesse, de son médecin et de faire le moins possible de recherche «google» à ce sujet.

H.B.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Coronavirus: de nouveaux cas confirmés en Espagne

Après l'annonce mardi de deux nouveaux cas de coronavirus, le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a appelé à la "tranquillité" et à faire "confiance" au système de santé publique espagnol.