Casablanca : la vie reprend ses droits, mais restez prudents !

Petit à petit, la vie reprend ses droits au Maroc et l’activité économique montre des signes de reprise. En témoigne par exemple la belle opération entre le groupe Dislog et Fater, leader italien des produits d’entretien ménagers qui va permettre de générer plus de 110 emplois.
Le travail a repris pour un bon nombre d’entreprises et d’activités. Casablanca est redevenue ce qu’elle est : une ville qui bouge. Le déconfinement s’est donc fait progressivement et il est effectif depuis jeudi afin de permettre aux cafés, restaurateurs, coiffeurs et opérateurs touristiques de relancer leur machine.
Si la situation sanitaire est rassurante, d’après le ministre de la Santé, il faudra continuer à être très vigilants en évitant les regroupements et en appliquant les gestes barrières.
Le dernier bilan porte à 11.877 le nombre de contaminations dans le Royaume depuis le premier cas signalé le 2 mars dernier et à 8.723 le nombre des personnes totalement rétablies, soit un taux de guérison de 73,4%. Le nombre des décès s’élève à 220 Les nouveaux cas sont répartis entre les régions de Casablanca-Settat, avec 75 nouvelles contaminations (25 à Sidi Barnoussi, 30 à El Jadida, 16 à Casa et 4 à Berrchid), de Marrakech-Safi (22 cas à Marrakech), de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (52: 10 à Tanger, 34 à Fahs Anjra et 8 à Tétouan), de Fès-Meknès (23 à Fès), de Rabat-Salé-Kénitra (5: 3 à Kénitra, 2 à Sidi Kacem), de Laayoune-Sakia El Hamra (62: 61 à Laayoune et 1 à Tarfaya), de Béni Mellal-Khénifra (2 à Fkih Bensaleh), de Guelmim-Oued Noun (1 à Sidi Ifni) et de Dkhala-Oued Eddahab (2).
Le rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger a également connu des avancées. Les retours se font crescendo. La Royal Air Maroc a également obtenu le feu vert pour relancer certains vols internes. Toujours classées en zone 2, les villes de Marrakech et Tanger devront patienter encore avant de voir leur aéroports rouvrir aux voyageurs. Mais réussir ce déconfinement en relançant tout l’écosystème s’annonce très ardu au vu des dégâts causés par la crise du covid-19 qui sont énormes. Si certains réussiront à s’en sortir, d’autres business risquent de ne pas survivre !
Et l’Etat devra accompagner tout ce beau monde en lui traçant la voie, en lui facilitant au mieux les procédures et en lui allégeant un tant soit peu ses obligations. C’est tout cela qui fera que nous reprendrons, en partie, une vie normale. Car, au demeurant, il va nous falloir apprendre à vivre avec ce coronavirus.
H.B.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le Maroc attend toujours la réponse d’Amnesty international (responsable)

Les autorités marocaines sont "toujours en attente" de la réponse d'Amnesty international à la lettre du chef du gouvernement.