Le Séisme politique fait de nouvelles victimes au Maroc

©MAP©MAP

Les têtes continuent de tomber après l’annonce du séisme politique. Après les quatre ministres du gouvernement El Othmani, pas moins de 14 hauts responsables sont concernés.

Premier visé: Abdelouahed Fikrat, secrétaire général du chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani qui était SG au sein du ministère de l’environnement.

Le Secrétariat général de l’Habitat est également concerné avec d’autres ministères comme la Santé, la Culture et l’Education. Le patron de l’Agence du Nord figure également sur la liste des indésirables, nous apprend le bien informé Atlas info. Selon nos sources, la SG du Tourisme Nada Roudiès a également été limogée.

En octobre dernier, suite au rapport de la cour des comptes, Mohamed Hassad, ministre de l’Education, Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat, Houcine El Ouardi, ministre de la santé et Larbi Bencheikh, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale avait été déclarés « hors service ».

D’anciens responsables politiques avaient été pointés du doigts dans le rapport. Il s’agit de Rachid Belmokhtar, ancien ministre de l’éducation nationale, Lahcen Sekkouri, ancien ministre de la jeunesse et des sports, Mohamed Amine Sbihi, ancien ministre de la Culture, Lahcen Hadad, ministre du tourisme et Hakima Haité, ancienne ministre déléguée chargée de l’Environnement. Selon le communiqué du Cabinet Royal, les personnes citées ont « failli à la confiance du Roi » (… ) qui ne risque pas de leur confier d’autres missions.

Driss Jettou a remis en cause les excuses concernant les retards et dysfonctionnements dans les projets d’Al-Hoceima qui ne sont pas assez convaincantes, même s’il n’y a « aucun cas de fraude » à signaler.

Soufiane Laraki

  • Daoudi Abou Rania

    Oui c’est bien, mais après ? Seront-ils punis? Le Maroc deviendra-t-il comme le Canada, la Finlande par ex? Nous avons perdu les valeurs, les principes, honte à nous

Suggestions d’articles

Nouveau rebondissement dans l’affaire El Omari accusé de complot

Du nouveau après les accusations de Me Isaac Charia. L'avocat avait accusé Ilyas Omari d'avoir incité Zefzafi à comploter contre la monarchie.