Bruxelles: Ahmed Réda Chami sur un siège éjectable

chami

Ahmed Réda Chami, ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, pourrait bien faire les frais de la dernière annonce de la Cour de justice de l’UE concernant l’accord de pêche.

Rappelons que la CJUE avait indiqué que « l’accord de pêche conclu entre l’UE et le Maroc n’est pas applicable aux eaux adjacentes de la région disputée du Sahara ». « L’inclusion du territoire dans le champ d’application de l’accord de pêche « enfreindrait plusieurs règles du droit international », note le communiqué de la Cour de justice.

Selon une source proche du dossier, Ahmed Réda Chami, qui occupe ce poste depuis février 2016, sera très bientôt débarqué étant donné sa « mauvaise gestion concernant cette affaire ». Ce sera la première décision importante aux Affaires étrangères depuis l’annonce de la CJUE. Sur un siège éjectable, l’ambassadeur du Maroc auprès de l’UE n’a plus la confiance de ses pairs. 

Il serait donc prévu qu’un nouvel ambassadeur à Bruxelles soit désigné par le roi Mohammed VI en lieu et place d’Ahmed Réda Chami.

Selon une source aux affaires étrangères contactée par Le Site info, Ahmed Reda Chami est toujours à son poste au moment où nous écrivons ces lignes.

Notons enfin que le Royaume s’apprête a enclencher de nouvelles négociations pour discuter de l’accord de pêche avec L’UE et contre-attaquer.
H.B.

Reportage: le circuit « très spécial » du poisson au Maroc

1 Comment

  1. Je ne comprends pas comment vous décrivez une décision d’une cour de justice comme une mauvaise gestion du dossier de la part de l’ambassadeur? La cour européenne de justice est une instance qui contrôle la législation et actes européens et ses décisions sont ingérables ni par le ministre ni par l’amvassadeur de n’importe quel pays que ce soit européen ou du reste du monde. pour conclure, le plus grand péché c’est l’ignorance, laissez ce monsieur travailler car on a pas quelqu’un de son niveau et son dynamisme!

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Suggestions d’articles

Moulay Hicham remonté contre le gouvernement marocain

"Journal d'un prince banni", dans sa version arabophone est toujours interdit au Maroc.