Un militant associatif dénonce la pub de Kitea qui a fait jaser sur la toile

kitea

Un slogan de Kitea et une affiche de l’entreprise d’ameublement et de décoration interpellent les Marocains, en général, et les internautes, en particulier. Affiche choquante pour des internautes… message adapté aux Marocains d’après Kitea.

Pour Monsieur tout-le-monde, le Marocain lambda, il s’agit d’un lit de Procuste, expression tirée de la mythologie grecque et signifiant la « mutilation d’une oeuvre ou d’un projet pour les rendre conformes à un modèle ». Pour Kitea, en revanche, slogan et affiche sont conformes à la réalité marocaine et au respect dû aux us et coutumes du Royaume, avec un brin d’humour en bonus.

Le slogan en question pastiche la célèbre expression de nos mariages « Dattou ou dattou wallah ma khallatou » (Elle l’a pris, elle l’a pris et on jure par Dieu qu’elle ne l’a pas laissé). L’affiche, elle, montre une femme traînant son mari avec une corde afin de l’emmener, contre son gré, acheter meubles et chambre à coucher de Kitea.

Et si l’entreprise n’y trouve rien à redire et pense même que cela prouve son désir et sa fierté de respecter nos coutumes et que rien dans notre Constitution ne réprouve ses slogan et affiche, Abdelali Rami, militant associatif et des Droits de l’Homme ne l’entend pas de cette oreille. Et c’est à Le Site info qu’il a déclaré sa farouche indignation, qui doit être celle de tous les Marocains et de toutes les Marocaines, selon lui.

Malgré la lettre qu’il a recue de Kitea, où celle-ci répond à ses critiques et explique le bien-fondé de sa démarche publicitaire, Abdelali Rami persiste et signe. « L’épouse marocaine se comporte poliment et respectueusement avec son mari. Elle ne le traîne pas avec une corde comme un mouton », soutient-il. Le slogan nuptial « Dattou ou dattou… », que la société s’est permis de s’approprier, n’échappe pas non plus aux foudres du militant associatif et des Droits de l’Homme. Et il pense que Kitea l’a sorti de son contexte marital et sociétal pour des raisons publicitaires et mercantiles.

Qui a raison et qui a tort dans cette affaire de mari traîné comme un mouton, de mariage à la marocaine, de publicité, marketing, de meubles et autres chambres à coucher? Il est sûr que des deux côtés, Kitea et Abdelali Ram, on n’est pas prêt, de sitôt, de pouvoir dormir sur ses deux oreilles!

Larbi Alaoui

kitea-1

  • Salma

    Militant associatif?Qu’il cherche de vraies causes plus dignes!C’est de la pub et la pub a toujours été mensongère et sexiste,c’est le lot quotidien des femmes depuis toujours.Et puis,pour une fois, voir un mec dans ce genre de position,ça fait du bien!

Suggestions d’articles