Paris Match sous le charme de la mythique Marrakech

jamaa-lefna

Haut-lieu touristique accueillant des millions de touristes chaque année, la ville ocre ne cesse de séduire les voyageurs. Son histoire, son emplacement géographique, ses montagnes, son architecture, ses quartiers, ses ambiances, bref ses couleurs exercent un charme envoûtant et ne laissent personne indifférent.

Tombé aussi sous le charme de Marrakech, le magazine Paris Match a surtout été séduit et par l’ambiance de la ville ocre et par sa gastronomie.

Dans son numéro du 6 au 9 mai 2017, Paris Match décrit Marrakech en ces termes: « Nichée au pied des montagnes de l’Atlas, Marrakech joue de ses couleurs, de ses sons et de ses fragrances. Au silence des riads cachés derrière les hauts murs de pisé contraste le grouillement des souks et de la place Djema’a el-Fna. Tels ses charmeurs de serpent, la ville ocre envoûte les voyageurs en quête d’authenticité, d’arômes et de nuances ».

Classée comme la première ville parmi les 100 métropoles du continent où il fait bon à vivre par l’école polytechnique de Lausanne, en Suisse, et le magazine Afrique Méditerranée Business, l’autre charme de Marrakech c’est aussi sa gastronomie.

Paris Match le confirme: « Si Marrakech est la ville des palmiers dattiers, elle s’impose comme le temple de la gastronomie -curcuma, safran, paprika, badiane, coriandre, cumin, gingembre- La magie des épices parfume les plats. Le ras el-hanout peut en mélanger jusqu’à 40. Et, ici on ose les combinaisons salé-sucré à base de miel, dattes et figues pour des tajines déclinés au gré des inspirations. La cuisine marocaine repose sur l’art de la table, à commencer par les poteries berbères et les verres à thé au dessin épuré ».

Même la « femme Marrakchie » n’a pas échappé à ce coup de cœur. Le magazine français la qualifie de « coquette » car, dit-il « elle sait marier les couleurs et les matières à la perfection ».

Ousmane Thiam

Suggestions d’articles

Marrakech: nouvelle condamnation après le documentaire italien

Ce n'est pas pour autant que le phénomène sera éradiqué.