Omar Brouksy: il y a des révélations dans mon livre « La République de Sa Majesté »

republique-sa-majeste

Le journaliste Omar Brouksy sort un nouvel ouvrage ce jeudi 21 septembre intitulé « La République de Sa Majesté » aux éditions « Nouveau Monde ». Dans cet entretien, l’ex-rédacteur en chef du Journal Hebdomadaire, nous présente son livre qui analyse les réseaux entre la France et le Maroc.

Le Site info: Pouvez-vous nous présenter votre nouvel ouvrage « La République de Sa Majesté » ?

Omar Brouksy: Il est toujours difficile de présenter en quelques lignes un travail de deux ans et demi. Mais je dirais que ce livre décrit -je dis bien décrit- les relations, voire les connivences entre la monarchie marocaine et une partie de l’élite politique, économique et médiatique de la République française. Tresser les lauriers du royaume, le présenter sous les meilleurs auspices fait partie de ses missions en contrepartie d’avantages et de privilèges relationnels (être dans les réseaux de la monarchie) et matériels. Tout cela est décrit de manière factuelle avec des infos et des faits précis -dont certains paraissent pour la première fois.

Le Site info: Sur quoi vous êtes-vous principalement basé pour réaliser ce livre et en combien de temps l’avez-vous écrit ?

Omar Brouksy: Globalement le travail –de collecte des infos et d’entretiens- a été terminé en juin 2017. Mais j’ai appris à cette période que le président Macron allait effectuer une visite d’amitié (la première au Maghreb) au Maroc. Je me suis dit que ce voyage pourrait me permettre de collecter quelques infos pour savoir si l’arrivée à l’Elysée de Macron s’inscrirait dans la continuité ou la rupture. Il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour constater que c’est plutôt la continuité l’emporte.

Le Site info: Est-ce une enquête ou simplement un récapitulatif des faits avec une analyse ?

Omar Brouksy: Ça paraît toujours prétentieux de dire que ce livre est une enquête, surtout lorsque l’auteur est Marocain. Certains ont toujours ce complexe colonial qui fait que seul un journaliste français, ou « occidental », est capable de publier un travail d’enquête journalistique. Il faut beaucoup de siècles à certains pour se débarrasser de ces pesanteurs. Mais je dirais, de manière tout à fait à l’aise et assumée, que mon livre comporte, à côté de la collecte d’informations (à travers les entretiens que j’ai réalisés), un vrai travail d’enquête journalistique. Et je dirai aussi qu’il y a pas mal de scoops.

Le Site info: D’après vos recherches, les relations entre le Maroc et la France ont-elles évolué depuis la mort de Hassan II ?

Omar Brouksy: Elles n’ont pas beaucoup évolué: elles ont changé, ce qui est normal. Le palais dépense un argent fou pour son image en France. Particulièrement en France. Plus que dans tout autre pays. Cela se comprend: l’ampleur des intérêts et des enjeux (politiques, financiers et culturels) est un secret de polichinelle. De plus, comme vous le savez, la connivence entre cette élite française et l’élite francophone marocaine, ultra-minoritaire mais hyper influente, est là aussi un secret de polichinelle. Tout cela est développé dans mon livre avec des infos et faits précis et recoupés.

Le Site info: Concernant l’affaire Laurent-Graciet, y-a-t il de nouvelles révélations dans votre livre ?

Omar Brouksy: Oui, je dirai que c’est le chapitre le plus dingue du livre. Lorsque j’ai eu entre les mains les retranscriptions (je dis bien toutes les retranscriptions, pas les quelques extraits que les avocats ont « fait fuité » à quelques journalistes) des trois rencontres entre les deux journalistes et Me Hicham Naciri, je n’avais pas l’intention de leur consacrer tout un chapitre. J’ai découvert une centaine de pages de conversations hallucinantes. En les lisant de bout en bout, j’ai trouvé qu’il y avait des choses directement liées à mon sujet, et qui permettent à mon lecteur de mieux comprendre la nature des relations entre le régime politique marocain et l’élite médiatique en France. Lorsque j’ai terminé l’écriture de ce chapitre (très éprouvant), je l’ai relu et j’ai eu l’impression de lire un roman noir.

Le Site info: Pensez-vous dire que le livre sera interdit au Maroc? Le livre risque-t-il de déranger chez nous?

Omar Brouksy: On écrit un livre parce qu’on en a envie, tout simplement. Parce que le sujet nous intéresse et parce qu’on a suffisamment d’éléments pour la construction du travail. Mon livre est destiné surtout à mes compatriotes. Je veux qu’ils aient la possibilité de le lire si le sujet les intéresse. Le livre ne comporte aucune atteinte à la dignité ou à la vie privée d’aucune personne. J’espère qu’il ne subira pas le même sort que mon précédent, toujours interdit dans mon pays. Pour répondre à votre question, je dirai en toute naïveté: « Qui vivra verra ».

Propos recueillis par Hicham Bennani 

  • Et serpillières divagueront toujours, dans leurs délires et leurs cauchemars, mais jamais bave de crapaud n’atteindra blanche colombe !

Suggestions d’articles

Lutte contre le terrorisme: nouvelles arrestations au Maroc

La rafle des terroristes se poursuit au Maroc.