Le roi Mohammed VI en médiateur pour résoudre la crise du Golfe?

king

La crise entre différents pays du Golfe perdure depuis déjà quatre mois. Elle concerne la détérioration des relations opposant l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis l’Egypte et Bahreïn essentiellement, d’un côté, et le Qatar, de l’autre.
Le roi Mohammed VI, qui se trouve depuis quelques jours dans la région, après sa médiation en juin dernier, peut encore une fois proposer ses bons offices dans la résolution de cette crise. Surtout que le rôle du Maroc est apprécié par toutes les parties prenantes, eu égard aussi bien aux réseaux des relations traditionnelles qu’entretient la monarchie marocaine avec les monarques, princes et cheikhs du Golfe, qu’avec les décideurs successifs du Palais de l’Elysée, associé du Maroc dans cette médiation.
Dans tous les cas, c’est ce qu’affirment des sources marocaines et khalijies en l’absence de confirmation de la part du Cabinet royal et de celle du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationales, les deux instances officielles habilitées à parler des activités du Souverain et des initiatives qu’il compte entreprendre. Ajouter à cela, la grande discrétion coutumière du Palais lorsqu’il s’agit de la réussite probante d’une quelconque grande initiative, nationale et/ou internationale, entreprise par le roi Mohammed VI. Les récentes informations de l’agence MAP concernant les visites du roi à Abu Dhabi et au Qatar laissent penser que cette piste concernant un rôle de « médiateur » du roi est crédible.
A noter que vu les relations privilégiées que le Royaume entretient avec certains pays du Golfe, ainsi que ses partenariats économiques et stratégiques avec lesdits pays, le Maroc a pu devenir membre observateur au sein du Conseil de coopération du Golfe. En plus, en tant qu’allié sécuritaire et militaire des trois Etats de l’Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis et du Qatar, comme les pays du Golfe soutiennent le Royaume à propos de la marocanité intangible du Sahara, entre autres facettes de cette mutuelle alliance, la probable médiation du roi Mohammed VI serait vue d’un très bon oeil par les différent protagonistes de cette crise du Golfe.
Enfin, les différentes sources ayant relayé l’information mettent l’accent sur la « coïncidence » de la présence à Abou Dhabi du Souverain marocain et du président français, à l’occasion de l’inauguration du musée du Louvre de l’Emirat, n’est pas si fortuite que cela. Elle inaugure, pour différents observateurs, de la volonté commune du roi Mohammed VI et d’Emmanuel Macron de participer à la résolution de la crise du Golfe, comme elle est, assurément, sous-jacente de nombreux objectifs et attentes, aussi bien symboliques que politiques.
Larbi Alaoui et Mohamed Mahla

Suggestions d’articles

Bitcoin au Maroc: pourquoi c’est interdit par l’Office des changes?

Une réunion importante entre responsables du ministère de l'Economie et des finances, de Bank Al-Maghrib et de l'Autorité marocaine du marché des capitaux a émis ses vives inquiétudes...