La police marocaine recrute: voici les conditions à remplir

hammouchi

La Direction générale de la Sûreté nationale a annoncé qu’un concours de police aura lieu le 13 mai 2018. Dans un communiqué parvenu à Le Site info, elle a précisé que des commissaires, des officiers, des inspecteurs et des gardiens de la paix seront prochainement recrutés.

Pour le poste de commissaire, les candidats intéressés doivent avoir une licence en droits ou un diplôme de formation et de gestion administrative, un DEUG pour les intéressés par le poste d’officier. Quant au poste d’inspecteur, il est exigé que la première année universitaire soit validée. Pour le poste de gardien de la paix, le baccalauréat ou un diplôme similaire sont suffisants.

Le communiqué a également précisé que les candidats doivent être âgés entre 21 et 35 ans et mesurer pas moins de 1m70 pour les hommes et de 1m67 pour les femmes.

Le document a ajouté que le dossier de candidature doit contenir une demande manuscrite au sujet de la langue choisie pour passer le concours, deux copies de la CIN, une attestation scolaire, un acte de naissance, un dossier bleu pour les gardiens de la paix, un vert pour les inspecteurs, un jaune pour les officiers et un rouge pour les commissaires.

S.L.

 

Reportage: le circuit « très spécial » du poisson au Maroc

1 Comment

  1. Tout le monde peut faire 1M70 et avoir un DEUG ou plus en droit. La question c’est est ce qu’il y a un école de police qui leur apprend à tirer avec des balles reelle à traiter avec les voleurs , les violeurs , les meurtriers , les réseaux mafieux ?
    Quand même policier ce n’est pas comme si on recrute un fonctionnaire des fiance,, de l’équipement ,
    Je comprends pourquoi on vit dans l’insécurité , les policiers ne font ce métier que pour avoir un salaire , alors qu’il faut la vocation pour
    il est impensable pour une femme de sortir après 22h sans prendre 90% de risque d’être agressée ou violée alors que la police souvent ne bouge pas

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Suggestions d’articles

Moulay Hicham remonté contre le gouvernement marocain

"Journal d'un prince banni", dans sa version arabophone est toujours interdit au Maroc.