Quel destin pour Hind El Achchabi, incarcérée depuis un an?

Hind El AchchabiHind El Achchabi©DR
Abdellatif Khizrane, fondateur du premier magazine féminin au Maroc, « Citadine », a tenu a rendre hommage à la femme d’affaire incarcérée depuis un an pour un soi-disant adultère. Témoignage.

« Jeudi 10 août 2017, un jour à marquer au fer blanc !  Ce sont365 jours d’enfermement pour Hind El Achchabi. 365 jours d’attente, d’angoisse, de fausses illusions, d’injustice… Un procès perdu d’avance car c’est un faux procès. Les juristes et spécialistes en droit avouent leur… incompréhension. Les paramètres techniques de cette affaire, ses ingrédients juridiques, son contexte politisé, détourné ! Un an de souffrance déjà! Triste remémoration que ce 10 août ! Une sentence inhumaine pour une Cour qui n’a tenu compte de rien, qui a refusé d’entendre les témoins à la barre, qui a balayé d’un revers de main toutes les circonstances professionnelles, qui a fait fi des deux cents familles, dépendantes de Hind El Achchabi, et de la situation de maman de cette dernière qui a trois enfants en bas âge. Une sentence sévère et la souffrance est triple, elle est familiale, professionnelle, personnelle… Le prix à payer est énorme ! Un an pour rien. Un an de souffrance.

Que dire au-delà de ce procès ? Le voilà passé, et après ? Pour envoyer quel message ? Quel exemple montrer à travers ce symbole de réussite rattrapé par une affaire privée et personnelle ?

Le message que lorsqu’une femme scelle son union avec un diplomate arabe riche et puissant, le Maroc ne protège pas assez ses citoyennes ?

Le message que toutes les femmes qui ont un torchon de papier chiite avec leur ancien conjoint ont (si Monsieur le veut !) un pied en prison ?

Le message que l’on veut, coûte que coûte, la peau de cette femme ? Mais qui ?

Que condamne-t-on au-delà de ce procès ? L’intégrité du Maroc juridiquement poreux et à la merci de «charias» étrangères qui s’imposent à nos juges ?

Après ces 365 jours , une opinion publique est là. Hind El Achchabi a aujourd’hui plus de 20.000 fans sur la page Facebook de son Comité de soutien. Ces sympathisants ne la connaissent pas. Mais ils l’aiment. Ils comprennent ce qu’elle est en train de vivre. Deux millions de personnes ont visionné la page Youtube qui est consacrée à sa libération et à son soutien. Son Comité de soutien est composé d’anciens amis, spontanés et authentiques. Il ne s’agit pas d’une agence de com qui aurait monté le soutien. Tout le monde est choqué. De la planète entière!Tous unanimes sur l’injustice d’une telle sanction pour une affaire de mœurs. Tous d’accord pour dire que le Maroc affiche un visage souriant et moderne, mais cache bien ses crocs acérés et rétrogrades.

Tout le monde sait désormais que Hind EL Achchabi ne devait pas aller en prison. Et personne ne croit encore qu’elle doit y rester… A la limite, tout cela devient dangereux. Cette affaire peut basculer dans la catastrophe… Qu’est-ce qu’on attend ? Un drame familial ? »

  • Dr. Ben

    L’hypocrisie des pédés et leurs proxénètes et cocus de l’Etat et des homosexuels islamistes se réaffirme. Mais qu’est-ce que l’Etat a à faire avec la sexualité de l’individu adulte? Ils encouragent le mariage des mineurs, la polygamie et la pédophilie et ferment les yeux sur les hommes adultères et la prostitution des arabes au Maroc. Est-ce que la loi marocaine aurait agi de la même façon s’il ne s’agissait pas d’un riche bédouin du Gol? Mais les cocus et les proxénètes se ressemblent

Suggestions d’articles

Hind El Achchabi a-t-elle obtenu la grâce royale?

Une rumeur persistante a annoncé samedi soir, que Hind El Achchabi, la femme d'affaire accusée d'adultère, avait bénéficié d'une grâce royale pour la Fête du Trône.