Agression et vol de voiture: la vérité sur la vidéo qui circule sur WhatsApp

crim

La DGSN a nié de façon catégorique que le crime de vol de voiture avec violence, faisant l’objet d’une vidéo partagée sur les applications mobiles de messagerie instantanée, ait été enregistré à Rabat ou dans toute autre ville marocaine.

Dans un communiqué publié ce mardi, la DGSN indique que cette vidéo, dont les diffuseurs prétendent qu’elle provient d’un quartier de Rabat, a été prise très au sérieux par les services de sûreté nationale qui ont procédé à des expertises techniques en analysant les impacts technologiques.

Il s’est avéré d’après ces expertises, que la vidéo a été tournée à l’étranger, précisément au Brésil en février dernier, fait savoir la DGSN, notant que les médias brésiliens, dont les chaînes de télévision, avaient consacré de nombreux reportages et articles à cet acte criminel.

Tout en réitérant leur démenti quant aux allégations entourant cet enregistrement, les services de sûreté nationale tiennent à informer l’opinion publique qu’ils veillent à lutter contre toutes les formes de criminalité et phénomènes portant atteinte au sentiment de sécurité des citoyens, y compris les images et enregistrements fabriqués.

Cet enregistrement vidéo, qui a été partagé lundi sur les applications mobiles de messagerie instantanée et les réseaux sociaux, montre trois individus en train d’agresser physiquement deux femmes et un nourrisson tout en volant une voiture 4×4 de couleur noire appartenant à l’une des victimes, le tout accompagné de commentaires mensongers et erronés prétendant que l’incident s’est déroulé dans un quartier de Rabat.

S.L. (avec MAP)

Reportage: le circuit « très spécial » du poisson au Maroc

1 Comment

  1. effectivement…le quartier VITA dont parle la vidéo n’est pas en pente…. et avec un zoom et reconstitution d’image… les plaques ne sont pas marocaine!

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Suggestions d’articles

Moulay Hicham remonté contre le gouvernement marocain

"Journal d'un prince banni", dans sa version arabophone est toujours interdit au Maroc.