Salé: hommage posthume au poète de l’art du malhoun, Abdelmjid Wahbi

wahbi

« Un verset du Coran, dans le Livre du Clément, incite à la bienfaisance due aux parents ». Tel est le début de la « qasida » du malhoun interprétée par Said Meftahi dans les années 70, puis par Sanae Marahati, quelques années plus tard. Intitulée « Al oum » (la maman), cette belle et émouvante poésie filiale est l’oeuvre de Abdelmjid Wahbi, écrite en hommage à sa mère Al Hassania, en particulier, et celui de toutes mamans,  en général.

Le poète, enseignant d’arabe, fin connaisseur de l’art ancestral du malhoun, vient de décéder, dimanche 9 juillet, des suites d’une longue et implacable maladie. Mais ses poésies, dont certaines ont été interprétées par, entre autres les Nass El Ghiwane, et sans contrepartie aucune, continueront, à jamais, à enrichir la discothèque malhounienne.
Et, en reconnaissance à l’apport poétique considérable de Feu Abdelmjid Wahbi, le Forum national de l’art du malhoun compte organiser un colloque en hommage posthume au poète récemment disparu. Selon Abdemjid Fennich acteur, auteur, metteur en scène, entre autres cordes cordes à son arc artistique et mélodique, les préparatifs vont bon train afin de garantir plein succès à l’évènement qui aura lieu à Salé, dans la dernière semaine de ce mois de juillet.

Le programme, concocté par Fennich and Co, prévoit, en parallèle à l’annonce de la naissance officielle du « Mountada  al watani lil ibdae al malhouni (Forum national de l’art du malhoun) prévoit plusieurs activités , dont les principales sont:

-Lectures analytiques du malhoun du poète Abdelmjid Wahbi

-Théâtralisation de certaines de ses plus belles oeuvres

-Projection de la qasida « Al oum », interprétée par Said Miftah et mise en scène par Abdelmjid Fennich

D’autre part, les organisateurs de ce bel hommage posthume, qui va être rendu à l’un des enfants de la Cité des corsaires, Salé la blanche, ont pris la décision d’adresser une recommandation aux autorités compétentes de la ville.  Laquelle recommandation souhaiterait vivement que le nom du poète slaoui disparu, Abdelmjid Wahbi, soit attribué, très prochainement, à l’un des lieux culturels de Salé.

Larbi Alaoui

Suggestions d’articles