Latifa, le coeur au combat: un film sur la Marocaine oeuvrant pour la paix et la tolérance

©DR©DR

Son fils Imad est décédé dans une lâche attaque terroriste, à Toulouse, perpétrée par Mohamed Merah en mars 2012. Depuis cette tragédie, la courageuse maman, Latifa Ibn Ziaten, marocaine, mène un combat acharné contre le terrorisme et l’extrémisme. Et son combat a suscité, et suscite encore, tant d’admiration que son histoire a fait l’objet d’un film-documentaire. 

« Latifa, le cœur au combat » est sorti dans les  salles en France ce mercredi. Réalisé par Olivier Peyon et Cyril Brody, le documentaire met en exergue le combat quotidien et inlassable de Latifa Ibn Ziaten au sein de l’Association Imad pour le jeunesse et la paix qu’elle a elle-même créée. Les actions de celle-ci de conseil, d’échange, d’écoute attentive ciblent les familles, les lycées, comme les établissements pénitentiaires, en France, au Maroc et dans d’autres pays. Lieux et pays où les deux réalisateurs ont suivi cette Dame-courage, pendant toute une année dans ses déplacements et on filmé ses interventions d’un humanisme et d’une sagesses admirables.

D’ailleurs, Cyril Brody et OlivierPeyon ne tarissent pas d’éloges sur Latifa Ibn Ziaten et sur son combat. Pour le premier, « le destin tragique de cette femme(…), c’est aussi la France d’aujourd’hui », et « toutes ces grandes questions », dont le terrorisme, le statut de la femme, les religions… ». Le second la qualifie de « passeuse » et admire sa « richesse de caractère ». De même  qu’ils sont tous les deux unanimes, selon la revue « Le Point Afrique » que Latifa est une femme courageuse « qu’aucun obstacle n’arrête, qui fait de sa douleur un élan vital de générosité pour aider les autres.

« Latifa, le coeur au combat » est aussi, pour ses auteurs un film féministe. Latifa ibn Ziten bat en brèche plusieurs clichés sur la femme musulmane. Et à 57 ans, elle continue son dialogue de paix et de tolérance et ses conseils aux jeunes  afin qu’ils soient sourds aux appels insidieux des recruteurs terroristes et obscurantistes sanguinaires.

A noter que le documentaire est dans les salles deux jours après l’ouverture du procès de Abdelkader Merah, devant la Cour d’assises de Paris, accusé de complicité d’assassinats. Il s’agit du frère aîné de Mohamed Merah, celui-là même qui avait assassiné sept innocentes victimes, dont Imad le fils militaire de l’admirable maman-courage; « Latifa, le coeur au combat ».

L.A. (avec MAP)

 

Suggestions d’articles

Lutte contre le terrorisme: nouvelles arrestations au Maroc

La rafle des terroristes se poursuit au Maroc.