Guelmim: un magnifique festival… pas assez médiatisé

olivier 1

Depuis 2015, à l’initiative d’un groupe d’amis, se tient le Festival Caravane de Tighmert, dans la province de Guelmim. Pour sa quatrième édition, l’un de ses membres fondateurs, Bouchra Boudali, livre un entretien exclusif à Le Site info.

Propos recueillis par Olivier Rachet

Le Site info : La quatrième édition du Festival Caravane de Tighmert se tient du 7 au 15 avril. Pouvez-vous revenir sur les origines de cette manifestation, née notamment après les inondations de 2014 ayant submergé une partie de l’oasis ?

Bouchra Boudali : En 2014 suite aux inondations, nous avons voulu surtout créer un évènement culturel pour renforcer l’image de soi et de la communauté et surtout pour faire connaître l’oasis à des artistes.

Le Site info : Quel bilan tirez-vous des éditions précédentes et notamment de la dernière manifestation ?

Bouchra Boudali : Tout d’abord, ce n’est pas tout à fait un festival. Ce ne sont pas des résidences comme on en voit ailleurs au Maroc. Le plus important est de travailler avec les enfants, les femmes et les jeunes de l’oasis afin qu’ils puissent aider les artistes dans leurs recherches. On a par exemple remarqué que les enfants se sont habitués à leur présence. Les artistes ne se promènent pas dans l’oasis en tant qu’artistes mais ils parlent avec les femmes, les enfants qui prennent des photos ou qui font des vidéos. Les artistes expliquent aux habitants ce qu’ils font, leur domaine d’intervention.

Nous avons aussi fait un effort pour mettre un maximum d’informations sur notre site, notre page Facebook, et sur YouTube pour que les gens s’informent sur ce que nous faisons. Malheureusement les médias traditionnels ne viennent pas parce que nous ne pouvons pas les inviter car on n’a pas d’argent et qu’ils ne s’intéressent pas à ce qui se fait en dehors des grandes villes.

Le Site Info : De nombreux artistes, aussi bien plasticiens, chorégraphes, photographes etc., répondent présents depuis le commencement de cette aventure. Quels sont, en général, les retours de ces participants ?

Bouchra Boudali : D’une manière générale, les artistes nous parlent souvent d’un excellent souvenir qu’ils ont eu avec les gens de l’oasis et des moments riches en partage. La plupart d’entre eux reviennent. Quelques-uns mènent à Tighmert des travaux de recherches et reviennent en dehors de la période de cet évènement. Évidemment que nous sommes heureux de savoir que la chorégraphe Meryem Jazouli qui est passée à Tighmert a réalisé le spectacle « Fokha », par exemple.

Le Site Info : Le Festival a donné aussi naissance à l’Association des Amis du Festival Caravane de Tighmert. Quelles différentes activités propose cette association à la population locale ?

Bouchra Boudali : L’association des amis de la caravane a pour but d’organiser le festival et les activités durant toute l’année en collaboration avec d’autres associations. Nous ne disposons plus de local faute de moyens. Mais les membres continuent de mener des activités ponctuelles avec les jeunes de l’oasis.

Le Site Info : Cette manifestation est bien plus qu’un festival à destination du public puisque vous le présentez aussi comme un laboratoire des cultures contemporaines oasiennes. Comment peut-on, selon vous, perpétuer et développer à la fois, ce type d’initiative citoyenne ?

Bouchra Boudali : Nous avons mené une stratégie culturelle (demandée par les autorités de Guelmim) d’après notre expérience avec Caravane Tighmert. On ne sait pas si finalement on la mettra en place.

Le Site Info : Quels seront les moments forts de l’édition 2018 ?

Bouchra Boudali : Cette année, il n’y aura pas de scène pour les concerts, toujours faute de moyens. Nous le regrettons évidemment car les soirées musicales sont très appréciées du public.

Festival Caravane de Tighmert, du 7 au 15 avril 2018, avec la participation des artistes visuels et chercheurs Sibylle Baltzer, Mahassine El Hachadi, Souad El Maysour, Lotfi Souidi, M’barek Bouhchichi, Marion Lécrivain, Shayma Nader, Jake Wiener, Ellen Fellmann, Francesca Masoero, Hasnae El Ouarga.

olivierolivier2olivier r

  • Siham Siham

    Certains pensent que la la photo est un art , mais il n’en est rien , ce n’est ni plus ni moins qu’un réflexe d’appuis sur l’obturateur . Nos yeux se sont tellement habitué à voir des milliers de millions de photos que nous savons déjà que tel ou tel photographe s’est inspiré d’un certain demarchelier ou d’un Mc dean et bien d’autres encore dans le monde sans fin de la photo , tous ceux qui se perde en route s’adonne à ce pseudo art inutile
    Pas plus inutiles que ces peintures de Picasso de warhol( toujours defoncé) et de Pollock ,le pop art ou l’art abstrait n’est rien d’autre que l’expression d’un manque de talent , car très peu d’artistes dans le monde ont encore la patience de Michael ange , de Raphael de Vinci ( et de tous ceux qui avaient encore plus de talents mais sont morts anonymement)
    Non , les enfants des villages ont besoins d’école de cours de sport et salles de jeux et de loisir bien encadré pour se divertir et s’épanouir
    il ont besoin d’apprendre à lire et à écrire d’abord , à suivre le mouvement des gens ordinaires , et si par magie quelqu’un se découvre un talent pour le dessin ou pour la danse ,il en fera son destin plu tard
    Quant à ces paumés artistes vagabons , il doivent cesser de se servir des enfants des régions pour faire leur pubs

Suggestions d’articles

Le nouveau look de Moulay Ismaïl fait sensation (PHOTOS)

Le prince Moulay Ismaïl a fait sensation avec son nouveau look.